Cette histoire a commencé à la maternité.
C’est le pédiatre qui m’a conseillé de donner une tétine à mon fils car il avait un fort besoin de succion.
Je n’avais pas vraiment d’avis sur le sujet et j’ai pu rapidement constater que cela l’apaisait, qu’il en avait vraiment besoin et cela me suffisait.

La rencontre avec le doudou s’est faite quelques mois plus tard lorsque j’ai négligemment posé mon foulard sur la table à langer et qu’il ne l’a plus lâché.
Au départ, tout cela restait dans le lit et il les retrouvait au moment d’aller se reposer.

Avec le temps, c’est devenu partout, tout le temps.
Tétine dans la bouche, parfois une autre dans la main. Doudou dans l’autre.
Et puis comme ça le gênait pour jouer, il les posait et on peinait à les retrouver.

Ils ont été perdu chez ikéa et dans tout un tas d’endroit.
Ils sont tombés dans des flaques de boue, on leur a roulé dessus, on a frôlé la catastrophe de nombreuses fois.
Les crises, les larmes et de tous les moments perdus à les chercher.
Les disputes parce qu’on l’a oublié et les retours en catastrophe à la maison.
Un vrai ras le bol s’est installé.

Il y a aussi l’entrée à l’école en septembre.
Je ne voulais pas que ce soit une source d’angoisse pour lui de devoir quitter son doudou et sa tétine la journée de façon précipitée, cela m’a également motivée.

Il y a eu une après-midi ou je les avais oubliées et ou il n’a presque pas réclamé.
Je me suis aperçue que c’était pour moi une sécurité.
On les emmène au cas où, comme pour se protéger et finalement ça rend les choses très compliquées alors qu’il suffit de lui expliquer: « doudou est resté à la maison » pour qu’il comprenne et change de sujet.
Si c’était moi finalement que cela rassurait ?

J’ai essayé la demie-mesure, un peu de temps en temps.. Mais ça ne fonctionnait pas.
Alors comme avec lui c’est tout ou rien, dimanche je lui ai expliqué:

« Tu sais, j’ai lavé tous les doudous et demain, ils resteront dans le lit avec ta tétine pour la journée. Tu pourras les retrouver à la sieste et pour dormir, tu pourras aller leur faire des petits câlins si tu en as besoin mais ils resteront dans ton lit. Comme ça tu ne les perdras pas, tu ne les saliras pas et tu seras très content de les retrouver à chaque fois. Ton frère et ta soeur ont aussi un doudou qui reste dans leur lit tu te souviens? tu veux qu’on aille les regarder? Tu as compris ? ».

Il m’a répondu « oui » et on a mis tout cela en application dès le lendemain.
Je ne vais pas vous cacher que j’appréhendais beaucoup et sans doute bien plus que lui mais finalement la première journée s’est bien passée.

Il a retrouvé des tétines que l’on avait renoncé à chercher mais a réussi à me les donner pour les ranger.
La deuxième journée a été plus compliquée.
Fatigue et chute aidant, le manque de doudou se fait sentir et il faut alors faire preuve de patience pour expliquer et dialoguer.

Finalement très rapidement, ce nouveau fonctionnement a été adopté.
Il est heureux de monter se coucher pour retrouver son doudou et le câliner.
Moins de larmes et plus de dialogue.
Il faut dire que la tétine, pour communiquer, ça n’aide pas vraiment..
Une grande fierté pour lui de faire comme son frère et sa soeur et d’être un grand.
Lorsque parfois il demande son doudou je lui demande: « Tu es fatigué ? Tu as envie d’aller te reposer? Tu peux y aller tu sais! ». Comme mon fils n’est jamais fatigué (hum), il change tout de suite de sujet.

Je crois qu’il était prêt, je l’étais aussi et je suis très fière de lui !

On garde le Doudou et la tétine la nuit pour l’instant parce qu’il est encore mon tout petit bien trop petit pour s’en passer.
Ce sera une autre grande étape qu’il franchira lorsqu’il sera prêt.

Et chez vous, c’est compliqué avec les doudous ?