Je mentirai si je disais qu’au premier regard, je t’ai aimée.
Je t’ai observée, comme on le fait avec un étranger.
Je t’ai fabriquée, tu viens de moi mais je ne te connais pas.

Je verse quelques larmes d’émotion et de soulagement.
Je te touche avec maladresse et je te trouve même quelques défauts.
J’envie un peu ton père qui semble déjà fou de toi.

Je me sens bouleversée, intimidée face à toi.
Comment on fait déjà ?
Pourquoi tout le monde dit que l’amour sera instantané, alors que moi,
je me sens troublée face à ce tout petit bébé.

J’ai pensé à ton frère, presque 4 ans auparavant,
ces mêmes sentiments et comme je l’aime follement.
J’ai trouvé cela rassurant.

Mon amour pour vous, n’a pas été immédiat,
il se construit pas à pas.

Au fil des heures à te veiller et celles à te rassurer.
Dans les moments où je m’inquiète et où tu es contre moi.

Mes mains sur ton visage, à te caresser.
Sous mes doigts, découvrir tous ces petits morceaux de toi.
Tes oreilles dentelées, tes minuscules lèvres ourlées et tes cheveux, si longs déjà.

Dans la nuit silencieuse, lorsque je ne pense qu’à aller me recoucher et que mon corps est si fatigué.
Lorsque tu pleures encore un peu.
Je reste là à te bercer, ne pensant qu’à te soulager, sans jamais me fâcher, sans rien te reprocher.
Moi pour qui le sommeil est sacré, alors, je sais.

Lorsque mon ventre se serre de te laisser, que je fais mille recommandations et un dernier petit baiser.

Jour après jour, j’apprends à savoir qui tu es et qui je suis aussi.
J’apprends à faire de la place pour toi, juste à côté de lui.

Être mère pour moi n’est pas inné comme ce que l’on a pu me raconter.
J’ai besoin de vous rencontrer.
D’un tout petit peu de temps pour construire cet amour que rien, ne pourra jamais venir ébranler.

Un peu de temps pour devenir votre maman.