IMG_20150630_172216

Il voit une grande fille au détour d’un chemin et crie : « Ézzzaaa, Ézzzaaaa !!! »
Il ouvre la porte de sa chambre et ne cesse de l’appeler : « Ézzzaaa, Ézzzaaa !!! ».
Il me ramène l’un des jouets qu’elle a laissé traîner : « Ézzzaaa, Ézzzaaa !!!  »
Il voit sa photo dans l’entrée et recommence : « Ézaaaaaa, Ézaaaaaa ».
Il est chagrin et il réclame: « Ézzzaaa, Ézaaa !!! ».

J’ai le coeur qui se tort un peu et les larmes qui piquent les yeux.
Je chante, je chatouille, je ris tentant, un peu vainement, de détourner son attention.

Je le savais, je le redoutais, ça finirait par arriver.
J’avais bien tenté de ne pas y penser, j’avais presque réussi à oublier.

Comment ai-je pu croire qu’il se contenterait de les voir si peu alors que pour nous qui sommes des adultes, c’est si compliqué ?
Comment expliquer à un enfant de presque-deux-ans que sa grande soeur, n’est pas là souvent ?
Elle a une autre maison tu sais, et un quotidien que tu ne peux pas partager.

La tristesse se mêle à la culpabilité.
J’ai si peur qu’il se sente rejeté.
Victime collatérale de notre famille recomposée.

Alors, cet après-midi, comme il l’appelait, j’ai été chercher son livre de naissance.
Je l’ai pris tout contre moi et je lui ai raconté.
On a vu « papa » et « mama ». On a vu « Ézzzaaa », Lop’s et lui, tout petit dans leurs bras.

Il a tourné les pages lentement, en observant attentivement.
Se retournant de temps en temps pour me montrer « Baya » le « ssssaaaa  » et poursuivre gaiement.
Une fois qu’on a eu terminé, on a fait un gros câlin et on a tout refermé.

J’ai déposé le livre sur une étagère juste à côté et il s’est assuré de le savoir à sa portée.
Il semblait serein et apaisé.

La solution, je ne l’ai pas trouvée, je n’ai pas encore les mots pour lui expliquer et lui sûrement pas l’âge de tout intégrer.

Je dois juste accepter que sa soeur puisse lui manquer et qu’il ressente le besoin de l’exprimer.

Et chez vous, vous y avez déjà été confrontés ?