IMG_9450

J’ai reçu cette semaine un gentil mail me proposant d’assister à l’avant-première d’un film sur les familles recomposées.
Mon intérêt pour le sujet m’a poussée à cliquer sur le lien afin de découvrir la bande-annonce du film en question.

Alors que je la regardais, je me suis demandée s’il était indispensable de toujours caricaturer la séparation et les familles recomposées ?

Dans ce film, le but est de faire rire, d’en rire.
C’est un angle intéressant.
Rire et dédramatiser c’est important, parce qu’au quotidien, souvent, c’est beaucoup moins marrant.

Mais moi dans ces images-là, je ne me reconnais pas.
Je trouve ça trop.
Trop de situations grotesques, trop de parents dépassés, trop de clichés.
Je n’ai pas l’impression que nous ressemblions à ça.
En même temps, personne n’a jamais voulu faire de films sur nous, ceci explique peut-être cela.

Il y a, c’est vrai, des tas de situations totalement absurdes auxquelles nous sommes souvent confrontés qui prêtent à se marrer.
Mais je ne les retrouve pas là. Je n’y crois pas.
Je me demande même si les gens qui ont écrit tout ça on déjà observé une famille recomposée ?

Il y a des tas d’autres choses à aborder, bien moins rigolotes mais si fortes pourtant.
Ce que ressentent les parents, les enfants et les beaux-parents.
Les liens entre tous ces gens-là: fragiles, tendus et pourtant si forts à la fois.
Il y en aurait des choses à développer.

Les petites anecdotes du quotidien qui nous font nous demander si l’on doit rire ou pleurer.
Un humour sans doute plus noir que potache mais ce serait plus ancré dans la réalité.

Peut-être que j’exagère.
On parle d’une comédie familiale et moi, je réclame un film Télérama.
Sans doute, mais franchement, on mérite aussi d’être visibles et crédibles à l’écran.

De ne pas avoir l’air de gens totalement débordés et hystériques qui parviennent à peine à élever leurs enfants.
Enfants que nous avons d’ailleurs en grand nombre et avec des tas de gens.
Inconscients !

Tout comme ce film dont la Bande-annonce m’avait effrayée, je crois que je n’irai donc pas voir ce film-là.
Je devrais essayer, me forcer et laisser mes préjugés de côté, peut-être que je m’en fais une fausse idée.
Je crois que je n’y arriverais pas.

En attendant, je vais continuer à espérer, un jour, aller voir un film qui aborde réellement le sujet.

Et vous, vous avez des films à me conseiller ?
Ceux qui sont concernés, vous y retrouvez ?

En terminant l’article je me souviens de Ma Meilleure Ennemie, un  film américain qui date et qui m’avait fait pleurer comme une madeleine.
Pleins de bons sentiments mais assez juste dans mes souvenirs, il faudrait que je le revois.