Cette semaine et pour la première fois de sa petite vie, mon Petit Colis va au centre de loisirs.
Voulant le préparer à ma reprise de l’année prochaine et sachant qu’il sera sûrement obligé d’y aller de temps en temps, je l’ai inscrit, non sans une immense culpabilité.

Je lui ai présenté la chose comme une semaine de jeux avec des copains.
Il était vraiment heureux de s’y rendre ce matin après une première journée ratée pour cause de vilaine angine.

On a regardé le planning des festivités en arrivant et mon coeur à raté un battement lorsque j’ai vu qu’il était prévu une sortie dans un parc d’attractions.

Sortie dans une ville inconnue veut dire bus.
Bus veut dire route, danger, accident.
Parc d’attractions veut dire beaucoup d’enfants et la possible perte d’eux.
vous remarquerez qu’en général, je suis quelqu’un de très positif….

Je me rappelle de mes sorties en tant qu’animatrice dans ce genre de lieux, des journées passées à compter les enfants, à avoir peur d’en oublier un.
Du temps minuté et de l’organisation minutieuse que cela représentait.

Et puis je me suis souvenue de la maman d’un de ses copains qui m’avait dit qu’elle prenait des jours de congés quand il y avait ce genre de sorties pour ne pas que son fils y participe car elle n’avait pas confiance en l’équipe d’animation.
Je me rappelle m’être dit que c’était un peu exagéré.

J’ai pensé à mes beaux-enfants qui ont fait des dizaines de sorties au centre, parfois à plus de 2h de bus sans que jamais je ne m’inquiète plus que cela.

Je me suis souvenue de moi, enfant d’enseignants qui n’ait jamais fréquenté ce genre d’endroits et qui détestait ça alors que mon frère pleurait pour qu’on accepte de l’inscrire.

J’ai dit à Petit Colis: « Demain, tu vas aller dans un parc d’attractions ».
Il a répondu un grand « ouais, trop bien !! Et en plus, je vais prendre le bus, c’est génial! ».

Même si cela me fait paniquer et que je sais que demain risque d’être une très longue journée,
je vais le laisser y aller.
Parce que je ne peux pas tout contrôler et qu’il a le droit de vivre et d’expérimenter sans que je sois à ses côtés.
Même si pour une mère-louve comme moi, ce n’est pas facile à accepter.

J’ai hâte de le récupérer ce soir pour savoir s’il a passé une bonne journée.

Et vous, vous avez quelques petites angoisses quand vous les laissez s’envoler ?