Nous sommes rentrés.

La pluie s’est mise à tomber quand on est passé à côté des terrils, ça m’a fait sourire.
Ma mère pleurait quand elle les voyait, signe qu’on rentrait dans le Nord et que ses deux mois de vacances #jesuisunefilledeprofs étaient terminés.
Elle ne s’y est jamais fait.

Les vacances se sont bien passées, nous avons pu nous reposer et bien en profiter.
Le temps a filé comme toujours, avec l’impression de ne pas en avoir assez fait mais on s’est rappelés qu’on devait être indulgent, on avait 4 enfants.

Nous avons fêté les 4 ans de Petit Colis, les 11 ans de Dot’s et les 4 mois de Lavande.
C’est toujours beaucoup d’émotion pour moi de les voir grandir et les vacances ne font qu’accentuer ce sentiment.

J’ai réalisé, horrifiée, sur le chemin du retour que je n’avais écrit aucune carte postale.
Première fois de ma vie que cela arrive, je n’en reviens toujours pas.

J’ai lu une dizaine de livres et ça m’a fait tellement de bien.

On a dit au revoir aux enfants de Papam.
J’ai eu un petit pincement au coeur mais je dois reconnaitre que je me suis également sentie soulagée.
Deux semaines à six, avec un bébé, deux plus grands dont une qui entre la pré-adolescence, ce n’est pas toujours de tout repos.
Et avec ceux qui ne sont pas les miens, ma patience est parfois plus limitée.
Une question de différence d’éducation qui, hors de notre environnement habituel, devient parfois plus pesante.

Papam a repris le chemin du travail le coeur lourd.
Être séparée de lui est tellement difficile pour moi.
Je suis pourtant quelqu’un de très indépendant mais je me sens incomplète lorsqu’il n’est pas là.
Je dois, à chaque fois, me réhabituer.

J’ai passé la dernière semaine avant la rentrée scolaire avec mes deux petits.
On a tâché de reprendre le rythme, tout doucement.

On a coupé les cheveux, acheté des chaussures qui courent vite et rangé les habits trop petits.

Ca m’a rappelé que petite, j’aimais beaucoup la rentrée.
J’aime beaucoup la papeterie alors aller acheter mes cahiers, de nouveaux stylos, c’était pour moi, mieux que Noël.
Je passais de longs moments à tout préparer.
Aller chez le coiffeur, choisir ma tenue , tout étiqueter.

J’ai toujours beaucoup aimé l’école. Là-bas, il n’y avait pas les soucis de la maison.
J’y avais ma propre vie, mes amis, que j’avais choisi et mes instituteurs.
Tout était bien cadré et cela me rassurait.

Alors je prends beaucoup de plaisir à la préparer avec mon Petit Colis.

J’oscille donc entre nostalgie de cet été déjà fini et du quotidien qui reprend et bonheur de l’année à venir et des petits projets auxquels on va se consacrer.

J’ai rédigé des dizaines de billets dans ma tête tout l’été. J’espère écrire plus régulièrement ici très vite.

J’espère que vous avez passé de beaux moments cet été et que vous êtes (presque) prêts pour la rentrée.

À bientôt.