Porter la vie comme on dit. Le sentir en moi bouger, grandir, voir mon ventre s’arrondir et s’alourdir beaucoup aussi…

Non, je n’ai pas aimé porter mon bébé.

Et ce que j’ai mal vécu surtout c’est de ne pas pouvoir l’exprimer.

C’était faire semblant de me réjouir alors que souvent, j’avais envie de pleurer.
C’était me sentir si isolée quand tout le monde me disait que c’était merveilleux.
Et me sentir si seule aussi, jamais avoir une mère ne m’a autant manqué.

Et avec ce sentiment de cracher dans la soupe.

Oui, je le sais, être enceinte est une chance, un cadeau, mais je n’arrivais pas à le savourer.
Saletés d’hormones, j’étais déprimée.

J’aime mon fils, c’est bête, dans ce cas, on se sent toujours forcé de le préciser.
Comme si cela faisait de nous une mère au rabais, une mauvaise mère.
J’ai eu tellement peur de ne pas savoir l’aimer comme il fallait, tant être enceinte et le mettre au monde a été une épreuve.

Cette période, si je pouvais l’effacer je le ferais sans hésiter mais pour ce Petit Colis là, je suis prête à recommencer.

Pas trop vite quand même, le temps de cicatriser…

( Crédit photo: Papam )