Je suis quelqu’un qui ne sait jamais trop comment choisir les médecins.

Parce que ceux qu’on va me conseiller ne vont pas forcément me convenir et qu’on a tellement déménagé ces dernières années, que je n’ai pas eu l’occasion de vraiment en essayer.

Quand j’ai un rendez-vous à prendre, il m’arrive, face à une liste, de choisir en fonction du nom de famille, imaginant celui qui sera le plus sympathique…
C’est ainsi qu’une personne nommée « Flageolet » m’a parue plutôt bien choisie, jusqu’à ce que je la rencontre…

Lorsque je suis tombée enceinte de Petit Colis, je ne savais vraiment pas ce que je devais faire. J’ai donc pris rendez-vous chez un gynécologue, la première que j’avais trouvée, qui prenait encore des patients et en moins de 6 mois.

Je me souviens qu’après un rapide examen, elle m’avait donné une pile d’ordonnances et m’avait dit de revenir dans 3 mois avec les résultats.

J’avais débarqué le lendemain, complètement paniquée, chez mon généraliste parce que ce rendez-vous n’avait vraiment pas suffi à la personne inquiète et paniquée que j’étais d’avoir découvert que j’attendais un bébé.

C’est ma généraliste qui m’a suivie chaque mois puis, qui a passé le relais à une sage-femme qui m’a préparée à l’accouchement.
J’ai découvert cette profession que je ne connaissais pas du tout (à part celles qui assurent les accouchements).
Je me suis inscrit dans une clinique pour l’accouchement et j’ai du y effectuer la fin de mon suivi.

J’y ai choisi un gynécologue sur une liste.
J’ai encore joué au jeu du nom de famille, un jeu ou je suis définitivement souvent perdante.
L’accouchement et le séjour ne sont pas passés comme je l’imaginais et je m’étais promis que plus jamais !

Puis, un jour, qui arrive bien plus vite qu’on ne se l’était imaginé, arrive une deuxième grossesse et la question du suivi vient à nouveau se poser.

Ma super généraliste ayant déménagé et n’ayant jamais pris le temps de chercher à la remplacer, je n’avais personne vers qui me tourner.
Je suis donc retournée voir le gynécologue qui m’avait suivi après mon accouchement, un peu plus sûre cette fois de comment les choses allaient se dérouler.
C’est lui qui a réalisé les examens chaque mois et les échographies.

Lors de la visite du sixième mois, il m’a reçue en retard, comme d’habitude.
J’ai regardé l’heure juste avant d’entrer dans le cabinet.
Il m’a fait me déshabiller, m’a examinée, m’a remis mes ordonnances et m’a dit qu’on se revoyait le mois prochain.
J’ai tenté de poser une ou deux questions qu’il a balayé rapidement.
J’ai payé les 65 euros de la consultation et j’ai regardé ma montre.
Huit minutes s’étaient écoulées.

J’ai réalisé qu’il ne m’avait jamais demandé comment je me sentais, jamais demandé ce que je faisais dans la vie, si je vivais bien cette grossesse ou si, tout simplement j’avais des questions.
Il se contentait à chaque fois d’un examen rapide et froid, sans considérer la personne que j’étais.
Tout cela, bien sûr, avec un dépassement d’honoraire conséquent.

Le prix à payer pour être rassurée ?
C’est ce que je pensais.
Un gynécologue avec de l’expérience c’est mieux.
On n’est pas là pour se lier d’amitié mais pour la santé du bébé.
Oui mais moi dans tout cela ?

Moi, j’ai eu un déclic cette fois-là et j’ai décidé de ne plus y retourner.
J’ai décidé de chercher une sage-femme en questionnant mes amies, j’aurais pu avoir l’idée avant vous me direz… et de trouver un hôpital qui me conviendrait.

J’ai décidé de ne plus subir mais d’être celle qui décidait.
De me faire confiance et de m’écouter.

J’ai trouvé une sage-femme et sa première question a été de me demander comment j’allais et moi, j’ai pleuré sans pouvoir m’arrêter tellement j’étais décontenancée.
J’ai choisi une maternité que beaucoup m’ont recommandée et qui a un label « amie des bébés ».

J’ai « choisi » et « décidé » et cela apporte beaucoup de sérénité.

Les sages-femmes, et je l’ignorais, peuvent en plus assurer le suivi gynécologique et la pose de stérilet et ce, sans aucun dépassement d’honoraire et interminables délais.
Si je l’avais su plus tôt, je me serai acheté des robes avec l’argent donné au gynéco!

Je ne peux garantir que cette fois, les choses se passeront sans accroc mais elles seront davantage comme je les ai imaginées et je serai entouré de gens bienveillants, c’est sûrement le plus important.

Et c’est la seule chose que je peux vous conseiller.
De vous écouter et de vous faire confiance afin de bien vous entourer et de ne rien avoir à regretter.

Et vous, vous avez eu du mal à savoir vers qui vous tourner lorsque vous avez appris que vous attendiez un bébé ?