Je ne sais vraiment pas comment tu fais…

Je ne sais vraiment pas comment tu fais…

326
2

DSC_1093« Je ne sais pas comment tu fais… » « Ça doit te faire beaucoup de travail quand même!! »

Ces phrases, je les redoute toujours et je les entends malheureusement trop souvent à mon goût.

Je sais quand les gens viennent chez nous ou quand je parle de moi à quelqu’un qu’on me les assènera avec plus ou moins de délicatesse.

A propos de quoi ?

De mes beaux-enfants.

Et 4 années plus tard, ça me fait toujours autant de peine,  parce que je ne comprends pas qu’on me pose encore la question et surtout qu’on se permette de la poser.

J’ai toujours cette sensation de devoir me justifier comme si j’avais fait quelque chose de mal. Sans doute est-ce moi qui ne sais pas mettre les limites et me blinder ou envoyer les gens sur les roses correctement.

Mes beaux-enfants viennent chez nous trois week-ends sur quatre. Certes, c’est plus que dans les gardes classiques et cela n’est pas toujours facile pour moi à gérer mais je sais aussi qu’ils sont petits et qu’ils ont besoin de voir leur père tant que la distance géographique le leur permet.

Ce n’est en effet pas toujours évident de gérer trois enfants et nos week-ends sont parfois sportifs. On doit souvent s’organiser, jongler, s’arranger. Mais je n’ai jamais protesté. Les gens le font cependant pour moi.

Avant d’avoir petit Colis, on me disait souvent « ça ne doit pas être facile, toi qui n’a pas d’enfant !» et maintenant c’est plus « gérer deux enfants en plus d’un bébé ! »  .

On oublie souvent que ces enfants ont un papa et une maman, que je ne les « gère » pas.

On oublie aussi que des enfants peuvent être plus qu’une charge, ils peuvent être une source de joie, de rire, de bonheur, d’amour, à priori, c’est aussi pour cela qu’on fait des enfants non ?

J’aime que Petit Colis ait une grande sœur et un grand frère pour veiller sur lui. J’aime les regarder jouer tous les trois, j’aime qu’ils s’aiment comme si les demis n’existaient pas.

J’aime aussi être leur Maristochat parce que même s’ils ne sont pas à moi, ils sont quand même dans un bout de mon cœur.

2 commentaires

  1. J’aime énormément cette fin d’article. Même si ces petits anges ne sont pas sortis de notre ventre ils ont une place immense dans nos cœurs.

Laisser un commentaire