Je veux voir ma maman…

Je veux voir ma maman…

633
22

DSC_7043 (1004 x 1504)

 Il y a une situation que j’ai beaucoup redoutée et face à laquelle je me suis souvent sentie totalement impuissante, c’est lorsque les enfants de mon mari réclament leur maman.

Dot’s est maintenant plus grande (huit ans et demi) et il est plus rare qu’elle exprime ce manque. Elle se repère dans le temps et sait donc à quel moment elle va la retrouver. Elle est heureuse de venir à la maison et n’a plus de peur vis à vis de cette séparation.

Lorsqu’elle avait 4/5ans, le même âge que Lop’s aujourd’hui, c’était plus compliqué et c’est le cas pour lui aussi. Il quitte sa maman le cœur lourd et a du mal à savoir quand il va la retrouver. Cela génère beaucoup d’angoisse. Lorsqu’il est fatigué ou contrarié, il arrive souvent qu’il réclame sa maman et il est très difficile pour moi de savoir comment réagir et le rassurer. Je me suis souvent sentie assez désarmée.

Au fil des années, nous avons mis en place des petites choses pour leur permettre de mieux appréhender ce manque…

Dialoguer. Bien sur cela parait évident mais ce n’est pas toujours facile.Tout d’abord, ne pas en fait un sujet de discorde et les laisser s’exprimer.
J’ai été très mauvaise là-dessus et heureusement que Papam était là pour tempérer. Je vivais cela comme  un échec. L’impression de faire énormément pour qu’ils se sentent bien alors qu’ils finissaient toujours par réclamer leur maman. Parvenir à lâcher du lest, accepter que ce n’est pas contre moi (ça, être maman m’y a beaucoup aidé!) et se dire qu’il est normal qu’ils ressentent ce manque.
Papam leur explique avec beaucoup de douceur qu’il est normal que leur maman leur manque et qu’ils aient hâte de la retrouver.
Il tient à ce qu’ils puissent s’exprimer là dessus et c’est vrai que souvent, ça va beaucoup mieux en le disant!

L’album photo. Les enfants ont chacun un petit album avec des photos de toute la famille.
Nous avons tous participé pour qu’ils soient complets. Nous les regardons ensemble en cas de coup de blues et nous évoquons de bons souvenirs. On le met sous l’oreiller pour penser très fort à maman.
Ça ne me ravit pas toujours mais je sais que pour eux, c’est important.

Un calendrier. Nous avons un calendrier ou plutôt une « poutre du temps dans le salon. Ils s’occupent d’y inscrire les évènements importants et d’y reporter le planning.
Dot’s aime beaucoup le compléter et Lop’s barrer les jours au fur et à mesure. Cela l’aide à se repérer et à savoir quand il va revenir chez nous. Cela nous permet de leur expliquer ce qu’on fera le week-end suivant… Il est surtout utile à Lop’s et c’est un bon moyen de le rassurer.

Respecter les horaires. Les enfants sont très attentifs aux horaires d’arrivée à la maison et de retour chez leur maman.
Ils sont pressés d’arriver et de nous retrouver tout comme ils ont hâte le dimanche soir de rentrer. C’est pourquoi ils ont besoin de savoir à quelle heure et comment nous les conduirons.
Papam a instauré des petits rituels pour les trajets qui aident à faire la transition.

Ne pas céder aux caprices. Il y a deux types de « manques de maman ».
Il y a les moments difficiles où leur maman leur manque et il y a ceux ou ils sont punis/contrariés et ou ils appellent leur maman comme une solution à leur problème (à l’inverse, ils appellent leur père chez leur mère…). Dans ces moments-là, il est important de ne pas céder et de ne pas rentrer dans ce jeu.

Se dire que ça ne dure jamais longtemps.
Les petits coups de blues sont souvent vite passés et compensés par toutes les choses que nous avons prévues et le bonheur de se retrouver. Nous voyons également qu’en grandissant, cela est plus facile pour eux à gérer. Il est également beaucoup plus facile pour eux d’exprimer ce qu’ils ressentent afin que nous puissions trouver des solutions adaptées.

Et vous, avez-vous déjà été confronté à cette situation-là? Avez-vous mis des choses en place chez vous ?

(Crédit photo: Papam)

22 commentaires

  1. Ça ne doit pas être facile du tout pour toi. Etre une belle maman, ça doit être une expérience complexe à gérer, avec en prime des siècles de mauvaises histoires sur le sujet pour bien appuyer sur les stéréotypes… J’imagine que pour toi ce n’est pas toujours simple et que ça doit susciter des émotions partagées entre le cool et le moins cool. Je vois que toi et le papa avez l’air de gérer au top en tout cas 🙂 Bises !

    • C’est tout à fait cela on oscille souvent entre de nombreux sentiments très différents. Avec le temps les choses deviennent plus facile heureusement! Même si l’adolescence n’est pas loin… aie aie aie !

    • C’était très difficile au début et j’ai eu beaucoup de mal à l’accepter. Avec le temps et l’expérience, je sais davantage comment réagir! Merci. Je fais beaucoup d’erreurs aussi mais nous tentons de faire au mieux pour que tout le monde puisse être heureux.

  2. Même situation chez nous…Le fils de mon chéri va avoir 6 ans (je le connais depuis qu’il a 1 an)…jusque la il n’y avait aucun problème ou tres rarement il exprimait le manque de sa maman on le rassuré et ça passait vite…depuis 2/3 vacances (nous l’avons seulement pour les vacances) c’est plus compliqué…il exprime et en parle beaucoup se plaint de maux de ventre…bref c’est difficile surtout quand les rapport sont trés compliqué avec sa mère (nous sommes en plein jugement… et il se plaint seulement depuis le début de la procédure ou elle disait qu’il faisait semblant d’être malade avant chaque vacances…bref situation trés difficile…on sait bien que c’est normal que sa maman lui manque on en parle beaucoup aussi (pareil photo calendrier…! ) il en joue aussi quand o le gronde un peu…ca ne dure pas longtemps et on lui fait aussi penser à tout ce qu’on va faire pendant le temps qu’on a ensemble! bref je comprends très bien!!! Pas toujours facile la place de bellemam!

    • Non pas toujours facile en effet! Ça passe lorsqu’ils sont plus grands et qu’ils comprennent mieux les choses. On voit l’évolution avec Dot’s pour qui c’est beaucoup plus facile maintenant. Courage à toi alors!

  3. si je me souviens bien, j’avais laissé le papa gérer cette période car j’estimais que ce n’était pas à moi de le lui expliquer, je ne voulais pas qu’il se braque alors que c’était déjà tendu…mais ça n’a pas durer longtemps ouf 🙂

    • En général c’est le papa qui gère mais j’ai du y faire face lorsque parfois il n’était pas là! Heureusement ça finit par passer!

    • Ohlala il y a eu beaucoup d’erreurs et de tâtonnements avant d’en arriver là … Et leur papa gère la plupart du temps!

  4. Quelle belle maman n’a pas été confronté à cette dure phrase… Au debut ca me touchait vraiment beaucoup, d’autant plus que j’étais jeune et je le vivais vraiment comme un échec. Par contre ca venait toujours de Berlioz, Toulouse a toujours eu l’habitude de ne pas voir sa maman au quotidien du coup c’est un peu triste à dire mais il la réclame beaucoup moins… Le changement de rythme s’est plutot bien passé mais c’est vrai qu’ils se plaignent plus du manque de leur maman ce qui est normal…

    • C’est tout à fait ce que je ressentais, difficile de ne pas le prendre contre soi…
      Heureusement, cela évolue, j’espère que ca ira chez vous et qu’ils n’en souffrent pas trop!

  5. Nous malheureusement, on vit l’effet inverse…. Sitôt arrivée, elle ne veut pas repartir, et elle va avoir de longs moments de « j’ai pas envie de rentrer chez maman ». C’est d’autant pas facile, parce que oui on sait qu’elle est bien avec nous, et donc la ramener est souvent un déchirement….
    Mais quand elle était plus jeune elle a eu des périodes où elle voulait sa maman, le soir surtout, c’était pas évident… elle voyait peu son papa à l’époque, c’était très conflictuelle, donc difficile de garder notre sang froid et notre compréhension. Mais on finit par s’adapter à tout, et le plus important c’est de les rassurer en mettant notre égo d’adulte de côté.

  6. J’ai connu ça avec les grandes soeurs des littles et je pense que comme toi tant que j’ai pas été maman j’ai beaucoup de mal.
    Après avoir été une belle maman, je suis maintenant une maman séparée et je sais pas les littles m’appellent à certains moments chez leur papa, tout comme ils appellent papa certains soirs à la maison. C’est compliqué pour eux, la notion de temps qui passe, de changement de maison les perturbe. Ta bienveillance et ton amour pour eux, les aide enorment. Garde le cap, tu es génial

    • C’est difficile d’accepter de ne pas leur suffire… mais maintenant je comprends mieux et je tente d’être bienveillante. Être parent nous y aide parce que nous faisons des erreurs mais nous avançons tout de même.. merci !

Laisser un commentaire