La première fois que j’ai eu un enfant, ce n’était pas sa première fois.

Lui, il l’avait vécu deux fois.

C’était avoir peur souvent que ce ne soit pour lui que du déjà vu.

C’était sans cesse lui demander: « Mais tu l’aimeras autant tu crois? Autant que tes enfants déjà là? ».

Parce qu’encore une deuxième fois, on peut-être émerveillé, mais une troisième, je ne sais pas…

C’était répondre à la question « c’est votre premier? » par « Oui, enfin…pour moi! » et expliquer, encore une fois.

C’était le regarder et se demander comment il était lui ce jour-là? Si elle en a autant chié et si il a été aussi heureux après.

C’était écouter les histoires d’opérations compliquées de l’amour qui se multiplie mais jamais ne se divise en y croyant à moitié.

C’est observer jour après jour son regard de papa-gaga et se dire qu’au lieu de tant angoisser, j’aurais mieux fait de profiter.

Parce qu’une fois qu’il était là, les questions, je ne me les suis plus jamais posées.

C’était sa première fois finalement, avec moi.

(Credit photo: Papam)