Le cas de la pension alimentaire.

Le cas de la pension alimentaire.

1078
28

img_2416

La pension alimentaire, c’est un vaste sujet, source de tensions chez les couples séparés.
Un peu tabou parfois, explosif souvent, dont on parle finalement assez rarement.

Il s’agit d’une aide financière versée la plupart du temps lors d’une séparation et qui permettra de subvenir aux besoins des enfants.

La pension alimentaire est souvent fixée par le juge.
Chez nous, il s’agit d’un accord entre Papam et l’EX.
Ils l’ont fixée à l’aide de barèmes établis par l’état que l’on peut facilement trouver sur internet.

La pension alimentaire, c’est pour moi, un très mauvais souvenir d’enfance.
Souvent au coeur de beaucoup de disputes entre mes parents.
Parce que les contours de ce qu’elle implique peuvent être parfois un peu flous pour ceux qui ne les ont pas clairement définis.
Un voyage scolaire, un achat exceptionnel et le conflit s’engageait…
La pension ne suffisait pas, aucun des deux n’y trouvait jamais son compte et dans ces cas-là, ce sont les enfants qui trinquent.

Aussi, j’étais assez effrayée par ce sujet lorsque j’ai rencontré Papam.

Lui, je crois, préférerait ne pas manger pendant un mois plutôt que de ne pas la verser en temps et en heure.
Là dessus, je le sais, j’ai rencontré un homme honnête, ce qui est loin d’être le cas de tous.

La pension alimentaire fait partie de notre budget mensuel.
Il s’agit de verser une somme et d’accepter que l’on n’a aucune prise sur la façon dont elle sera dépensée.
Chacun utilise son argent comme il l’entend et d’une famille à l’autre, les postes de dépenses, sont souvent bien différents.
Il est parfois très frustrant de constater que les choses ne sont pas employées pour des choses que nous, jugeons indispensables.
D’avoir parfois l’impression de réclamer et de ne pas être considéré.

Loin de moi l’idée de la contester, il est pour moi parfaitement normal qu’elle soit versée.
J’exprime juste mon ressenti.

Les enfants connaissent l’existence de cette pension.
Il me semble important qu’ils sachent que leur papa a un rôle dans leur quotidien et qu’il finance aussi leurs besoins: « Papa travaille beaucoup, et c’est aussi pour vous. ».
Il est difficile d’entendre parfois: « maman a acheté ça  » alors que finalement, ils sont deux.
Je trouve bon de le leur rappeler de temps en temps.
Sans les faire culpabiliser, juste qu’ils ne se sentent pas mis de côté.

Plus ils grandissent, plus ils expriment certaines choses.
J’ai entendu des : « mais vous pouvez payer parce que maman, elle n’a pas beaucoup d’argent.. » .
Ca me fait sortir de mes gonds.
Je le prends trop à coeur surement mais nous faisons tant d’efforts pour leur offrir le meilleur que cela me blesse.
J’ai peur aussi que cela vienne de l’Ex et que peu à peu, les exigences se fassent plus grandes et plus régulières.
Cela ne s’améliorera sûrement pas, puisque l’adolescence arrive à grand pas.
Mais je sais aussi que ce sont mes craintes d’enfants qui viennent s’en mêler et que pour l’instant, l’EX ne nous demande rien.

Je ne sais pas comment elle voit les choses, ce n’est pas un sujet facile à aborder.
Je ne sais pas si elle s’inquiète parfois.
Si elle leur fait des réflexions, si elle compare.

Je crois que le plus important, c’est de rester droits dans nos bottes.
D’avoir une ligne de conduite et de la respecter.
Ils auront de toute façon toujours des choses à nous reprocher.
Un jour, c’est sûr, ils seront grands et ils comprendront, j’espère, comme moi je comprends aujourd’hui.

Ce que je reproche au système tel qu’il est fait (j’en avais déjà parlé un peu ici) c’est qu’il ne prend en compte que cette pension et pas tous les frais qui viennent s’y ajouter.
Un logement assez grand pour les recevoir, une voiture adaptée, la nourriture le week-end et les vacances scolaires, les sorties, les vacances, les cadeaux. Sans oublier les gardes d’enfants et les centres aérés quand nous n’avons pas de congés, non financés puisqu’ils ne sont pas à votre charge vous comprenez…
Tout cela nous le payons sans que cela ne soit reconnu par qui que ce soit.

Au contraire, nous passons souvent pour ceux qui s’en sortent bien et qui ont des enfants sans les inconvénients.
Ah, si c’était si facile…

Un jour, peut-être et je le souhaite, les choses changeront.

Et vous, c’est compliqué chez vous les histoires de pension ?

28 commentaires

  1. Je n’ai pas connu ces situations, ma maman a préféré galérer seule que de devoir courir après lui et son argent… Les disputes avaient au moins un tout autre sujet (dont celle « si tu veux de l’argent tu iras demander au juge » ^^ )

  2. Je trouve que tu exprimes ton ressenti avec beaucoup de finesse, et je sais bien que les problèmes d’argent sont vite un poison pour le couple si on n’y prend pas garde. C’est bien si tu arrives à expliquer de temps en temps à tes beaux enfants que leur papa participe aussi à leur vie de tous les jours, même quand ils ne sont pas avec vous.

    • Merci beaucoup. J’essaie de ne heurter personne et de prendre du recul, ce que je ne parviens pas toujours à faire « à chaud » et au quotidien .

  3. Arf, vaste sujet que la pension alimentaire ! J’en paie une aussi (oui je sais c’est rare pour une femme…) et je suis aussi frustrée que toi quand je vois que rien n’est pris en compte, mis à part ces satanés revenus. Et puis comment refuser à mon grand une nouvelle paire de baskets, un pull ou un passage chez le coiffeur sous prétexte que c’est compris dans la pension que je verse à son papa…

    • C’est de moins en moins rare je crois… Comme je comprends…Avant, Papam ne refusait pas et face à certains abus, il est devenu plus ferme avec cela. Il peut y avoir des petits cadeaux, des sorties… Mais pour les vêtements, sauf exception, c’est leur maman. Mais parfois cela arrive parce qu’en effet, ce sont des enfants et pour eux, c’est compliqué.
      J’espère vraiment que les choses évolueront un jour …

      • Pour moi, ce qui compte c’est que mon fils soit bien dans ses baskets alors s’il faut faire quelques concessions pécunières je l’accepte… Je me dis que plus tard, il comprendra… Maintenant je ne cède pas à tous ses caprices non plus ! Il reçoit autant que le Toup’ti qui vit avec moi !

  4. J’ai tellement souffert de cette ******* de pension alimentaire. Je suis aujourd’hui maman d’un merveilleux petit garçon je vais me marier avec son papa et tous les jours je me dis que je ferais tout pour préserver ce quotidien si simple mais au combien précieux pour que jamais mon fils ne se trouve entre nous pour une somme d’argent. Mon papa versait la pension il se saignait s’il le fallait mais malheureusement elle n’était pas utilisé comme il le pensait pour nous cest loin vieux mais toujours aussi douloureux.

    • Je comprends bien. J’en ai de mauvais souvenirs d’enfants. Au moins, tu sais que tu ne reproduiras pas ces erreurs. Et SURTOUT, je te souhaite de ne jamais être confrontée à cette situation ! Félicitations pour votre mariage !

  5. Vaste sujet effectivement …
    Ici c’est parfois compliqué car même si le jugement de divorce stipule bien à quoi doit servir la pension alimentaire (notamment acheter les vêtements aux enfants), on se retrouve à devoir en acheter car maman ne leur laisse pas ramener leurs vêtements chez nous (garde alternée, ils sont une semaine sur 2 chez nous, il faut bien les habiller).
    La pension alimentaire est justifiée (elle sert aussi à payer la cantine, le transport scolaire, …) donc ça ne me pose pas de soucis, j’ai beaucoup plus de mal avec la prestation compensatoire que je trouve totalement injustifiée dans notre cas (maman ayant gardé la maison)… mais bref, comme tu dis, c’est compliqué mais tu l’as joliment abordé 😉

    • Dur, dur en effet quand chacun n’y met pas du sien …
      La prestation compensatoire est un veste sujet également auquel j’ai la chance de ne pas avoir été confrontée puisque Papam et l’Ex n’étaient pas mariés. Merci beaucoup à toi.

  6. Bonjour, je vous lis régulièrement mais je n’avais pas encore commenté. Ce sujet me touche car je suis belle-mère d’une fille de 23 ans, que j’ai connue à 5 ans. Mon mari a toujours versé la pension alimentaire en temps et en heure et nous avons toujours tout fourni chez nous (elle était présente le we et la moitié des vacances) : ma belle-fille a eu très longtemps sa chambre à la maison (en proche banlieue parisienne ce n’est pas gratuit), une garde robe complète chez nous (elle ne voulait pas transporter de sac), les vacances (5 au lieu de 4 au ski, cela fait une différence de budget),etc. J’ai toujours accepté la situation, voire je m’y suis impliquée (virées shopping, cadeau d’anniversaire, etc.). Alors maintenant que la demoiselle réclame encore plus et comme un dû, je dis stop ! J’ai 2 enfants avec mon mari et je dois également assurer leur avenir…elle aura ce qui est prévu par le jugement de divorce et pas plus. Tout cela pour dire qu’une attitude bienveillante de la part de la belle-mère ne met pas forcément à l’abri de déconvenues sur ce sujet. Le rapport à l’argent n’est pas le même en fonction des individus et je ne sais pas si on peut y changer grand chose ! Merci pour votre blog, j’aurais aimé lire de pareils témoignages quand je suis devenue belle-mère

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi et cela m’inquiète souvent parce que je le sais (pour l’avoir vécu en tant qu’enfant) que plus on grandit, plus les besoins se font grands. J’ai également un enfant et il est important pour moi de ne pas le sacrifier. C’est pour cela que je parlais de se tenir à une ligne de conduite, même si parfois c’est difficile… Merci d’avoir pris le temps de commenter, c’est parce que je me suis sentie bien seule lorsque je le suis devenue que j’ai eu envie d’écrire ici, ton retour me touche.

  7. Oh la la, à lire ton billet et les commentaires, cela me semble tellement compliqué ces histoires de pension alimentaire. Je ne sais absolument pas comment le montant est calculé ni ce qu’il est censé inclure comme dépenses mais j’imagine bien que pour le parent qui verse la pension, il est difficile de dire « Non, je ne t’achète rien, j’ai déjà versé la pension à ta mère/ton père ». Et pour les beaux-parents, voir le budget imputé pour des enfants qui sont d’une autre union ne doit pas être simple non plus. C’est déjà parfois problématique dans un couple les dépenses faites pour les grands-parents, les neveux et nièces, etc …
    Même mariés, on a toujours gardé des comptes séparés, du coup chacun gère les dépenses faites pour sa famille (au sens large), même s’il y a des exceptions.

    Après même au sein d’une famille non recomposée, chaque enfant a des besoins différents. Mon frère n’avait pas beaucoup d’exigences enfant mais pour ses études supérieures et ses envies d’expatriation, il a besoin d’aide. Enfin, à un moment, ma mère a dit « Stop ! Tes soeurs n’ont pas eu autant, maintenant, tu prends un crédit étudiant ». Mais bon, j’ai ma vie maintenant, je ne demande pas que tout soit équitable 😉 Ma mère y tient, comme sa mère y tenait.

    • En effet, ce n’est pas toujours évident..
      Il est vrai qu’il est compliqué d’être toujours parfaitement équitable.
      Les études sont un très bon exemple c’est vrai.. C’est bien que tes parents maintiennent une certaine équité.

  8. Pas facile c’est vrai. Je suis la maman et c’est moi qui paie la pension alimentaire. Au fil des années (c’est la 5ème année que je la paie), elle ne m’encombre plus la tête, je la paie car il y avait jugement. Je continue d’acheter des vêtements, ma fille n’en apporte pas quand elle vient chez moi. Je paie la moitié des voyages scolaires, j’achète des fournitures quand elle a besoin, etc, je ne me pose plus de questions, c’est comme ça. Et ça va mieux maintenant.

    Juste des fois j’ai envie de dire: les juges, avez-vous pensé que ma fille n’est pas rattachée à mon ménage, je paie les impôts plein pot, je n’ai pas d’allocations, car je n’ai pas d’autres enfants, je paie les frais pour aller la chercher et les voyages pendant les vacances et surtout je paie un logement avec une chambre rien que pour elle … je n’ai pas du tout l’impression que c’est pris en compte lors de l’audience au tribunal!

    Attention je ne me plains plus, je n’ai pas du tout un salaire de ministre, mais je sais gérer mon argent, mais des fois, je suis deçue quand le papa, qui ne paie pas d’impôts, reçoit plein d’alloc et peut bénéficier des reduc famille nombreuse, se plaint…

    • C’est ce que je regrette en effet, tous les frais liés à l’accueil des enfants ne sont absolument pas pris en compte…
      Mais tu as raison, il faut tenter de ne pas y penser… Merci !

  9. Marie, comment je pourrais entrer en contact avec SANDRA qui est une maman qui paie aussi la pension alimentaire et effectivement j’ai l’impression que nous ne sommes pas très nombreuses.

    Tu peux voir mon adresse e-mail et lui donner?

    MERCI 🙂

    • Je ne me permettrai pas de transmettre son mail sans son accord mais si tu cliques sur son nom sur le commentaire qu’elle a laissé tu accéderas à son blog sur lequel il y a un onglet « contact », tu me diras si tu n’y parviens pas !

  10. Vaste sujet…! Je pense qu’on pourrait en parler des heures…
    Chez nous c’est la maman des garçons qui doit nous en verser une, c’est un accord a l’amiable aussi… qui n’est absolument pas respecté puisqu’avant la garde partagée ne posait pas ce genre de problème. Personnellement ce qui m’agace le plus c’est son manque d’investissement. J’ai l’impression qu’elle croit qu’on va mal le dépenser, du coup elle donne la paie quand elle y pense mais elle gate les garçons quand ils sont chez elle. Pour les dépenses scolaires elle participe au coup par coup. J’ai l’impression qu’elle estime que ce qui se passe chez nous ne la concerne pas, qu’elle n’a pas à payer pour notre vie quotidienne… bref je suis en rogne à ce sujet

  11. C’est pas simple la pension. Moi j’ai quitté le papa en emmenant les enfants suite à des violences conjugales et contre eux. J’étais au chômage, isolée, à 800 km de chez mes parents, mais je suis partie à 500m de chez lui, pour ne pas rompre le lien entre eux et lui. Il gagne très bien sa vie et m’a fait du chantage jusqu’à ce que je saisisse le juge. Pour être certaine que je n’aurai jamais d’histoires, j’utilise un compte qui ne sert qu’à ça. Avec l’argent qu’il me verse, je paie le loyer et les factures (en partie…) et je garde tous les tickets de caisse pour ce qui concerne les achats pour les enfants. Je dois me débrouiller pour la cantine, le périscolaire, le centre de loisirs (y compris sur son temps à lui), les sorties scolaires, l’achat des lunettes, les consultations médicales (alors que pas de mutuelle pour eux), plus tard l’orthodontiste sans doute, il ne me versera pas 1 centime et je ne veux pas me battre pour ne pas qu’ils pensent qu’ils ne sont qu’une histoire d’argent. Je ne veux pas les priver de quoi que ce soit, alors j’ai appris à faire mieux avec moins. J’apprends à mes enfants que le plus important, c’est d’être, et pas d’avoir, même s’ils reçoivent un discours opposé chez leur papa. On fait tous ce qu’on peut je crois

  12. Bonjour.
    C’est un peu étrange de lire tout cela et d’être rassurée. Rassurée de ne pas être seule avec mes questions, mes révoltes, mes envies, « ma tribu » composée et tout cet amour
    Je suis Belle Mam de 4 filles (2 ans 1/2, 8,9 et 13) de deux mamans différentes. Je ne suis pas encore Maman.

    Je découvre ce blog ce soir et réagis par envie de partager je crois moi aussi.

    La pension alimentaire … peut être le sujet sur lequel j’ai le sentiment d’avoir le moins de prise et le plus d’avis contraire de mon homme.

    Il ne verse pas de pensions aux mamans. La raison est assez simple : il n’a aucun revenu. Chef d’entreprise sans se verser de salaire, il dégage quelques dizaines d’euros à droite à gauche mais dans l’ensemble, C’est moi qui subviens à nos besoins, à tous les 6 (un week end sur deux et la moitié des vacances, mais comme dis plusieurs fois, il y a aussi tous les frais quotidiens qui nous incombent à 100% sans reconnaissance aucune ni aide).

    mais au delà de sa situation financière actuelle, le Papa considère qu’il sait quand il doit payer certaines choses et ne veut pas que cela lui soit imposé. Il ne veut pas voir son rôle de père se réduire à cela.
    Le jugement de divorce avec sa première femme a été dans ce sens. Pas de pension définie.

    En même temps, je trouverai cela plus simple à gérer une pension fixe plutôt que de subir les commentaires par ricochet d’une des mamans qui reproche systématiquement ce que l’on ne paie pas (en obérant ce que l’on paie), ce que l’on devrait faire, qui impose ce que les filles peuvent ou pas amener (quand bien même ce sont des affaires achetées par nous…). C’est parfois épuisant de tout faire pour qu’elles se sentent bien et d’avoir les petits pics réguliers. « Tout ne sera jamais assez » pour elle, j’ai du mal à gérer ça encore.

    Enfin pour finir sur une note plus gaie, il y a aussi les moments qui en valent mille quand L. Me dit « moi j’aime être avec toi et Papa parce que à chaque fois vous faites plein de choses pour nous et c’est trop gentil ».
    #coeurquifond.

Laisser un commentaire