Les mots de ma belle-fille

Les mots de ma belle-fille

638
13

Je me suis installée, toute contente d’avoir quelques minutes devant moi pour paresser devant mon ordi.
Je suis tombée sur un mail et je n’ai pas compris.

L’objet c’était « Ils vont me rendre folle ».
J’ai lu, sans comprendre de quoi il s’agissait et je me suis souvenue que je le lui avais prêté.
On l’avait appelée pour le dîner et elle n’avait pas eu le temps de terminer le mail qu’elle était en train de rédiger.

C’est à sa mère qu’il était adressé.

Elle y racontait sa journée, des petits détails, pas tous très vrais.
-Non, nous n’avons pas fait la sieste de 13h à 17h30 comme elle le lui expliquait.-
Rien de bien méchant c’est vrai, mais qu’est-ce que cela m’a blessée.

C’est moi qui avait eu cette idée.
Une adresse mail pour communiquer.
Pour qu’elle puisse plus librement nous contacter.
Sans intermédiaire.

Je trouvais ça mignon, ses petits mails qu’elle m’envoyait pleins de couleurs et d’émoticones.
J’ai trouvé moins mignon cet objet, il m’a heurtée de plein fouet.
Aujourd’hui, c’est de nous qu’elle parlait.

J’ai fermé la session avec l’envie de pleurer, puis je me suis rappelée que des mails comme celui-là, j’en avais aussi envoyé des tas.

Parce que j’avais passé une mauvaise journée,
parce que ma mère me manquait.
Parce que j’avais envie de la rassurer et de lui dire qu’avec eux c’était pas pareil.
Parce que je voulais me défouler.

Mes mots étaient alors bien plus violents et blessants.

À part cet objet, il n’y avait rien de bien méchant , heureusement.
Mais cela m’a forcé à me questionner.

Est-il possible que j’ai l’impression que cela se passe bien alors qu’en fait non ?
Dois-je lui en parler ou ignorer ce que je n’aurais jamais du lire ?
Dois-je remettre en question notre relation et commencer à faire attention à ce que je dis et ce qui pourrait être rapporté et mal interprété ?

Jusque-là, je ne m’imaginais pas les choses qu’elle pouvait raconter, enfin si, un peu mais cela n’avait rien de concret.
J’ai toujours préféré ne pas trop y penser.
Voir ces petits détails de notre vie racontés à une tierce personne, adulte, que je connais mal et qui pourrait juger m’a gênée.

Ma belle-fille a presque 11 ans maintenant.
Elle a un avis, elle analyse et elle critique.

Je dois, je crois, apprendre m’en détacher sinon, je n’ai pas fini d’être blessée.
Accepter qu’elle grandit et que cela ne fait que commencer …

Et vous, vous avez déjà été confrontés à ce genre de situation ?

13 commentaires

  1. Aie, ça fait mal …malheureusement, je ne peut pas t’aider (tu t’en doutes).
    Mais, c’est le depuis de l’adolescence et on a tous parfois un peu exagéré notre colère/frustration sans le penser réellement.

  2. Je comprends que cela t’ait blessé. Même si bien sûr c’est une pre-ado, avec les excès que ça comporte.
    Au passage, j’ai pensé à toi en croisant une jeune maman qui adore voyager et dont le chéri a 2 garçons de son côté. Ça ne lui posait aucun problème de partir avec sa fille sans eux (et elle est déjà partie aussi en solo avec sa fille sans son amoureux). Bref, tout ça pour dire que tu as toujours l’air de te couper en 4 pour l’ensemble de la fratrie et que ça ne doit pas être toujours facile. Et que les propos ingrats, même si liés à l’adolescence doivent être d’autant plus durs à accepter.

  3. C’est arrivé une fois avec mon fils…. Un conversation téléphonique avec son papa, il y a quelques années. Ses mots m’ont blessé… Mais je me suis rendue compte que mon bébé avait grandi, qu’il avait son caractère, ses envies… Je l’écoute plus depuis…

  4. Eh bien, oui, mais en tant qu’enfant. Si mon père n’a jamais cherché à me faire dire du mal de ma mère, je ne peux pas dire la même chose d’elle. Donc, oui j’ai probablement dit des méchancetés. Je pense que je n’avais cependant pas la même relation avec ma belle-mère que toi avec les enfants de Papam. Tu es la mère de leurs frère et soeur et ça pour moi, ça change tout. Il est normal qu’elle ait besoin de s’exprimer et surtout de témoigner de son affection à sa mère. Elle doit imaginer qu’en lui disant qu’avec son père, ce n’est pas si chouette, ainsi sa mère ne sera pas blessée, ne se sentira pas abandonnée. Donc je pense que tu devrais essayer de ne pas y penser 😉
    Bisous!

    • C’est en effet tout à fait possible. J’ai été très blessée sur le moment, j’essaie de relativiser et comme tu le dis de ne pas y penser. Merci pour tes mots.

  5. Outch …
    Chupa c’est à sa meilleure amie qu’elle pourrait envoyer ce genre de message … Mais je ne crois pas qu’elle le fasse. Pourtant à 11 ans 1/2 son caractère est parfois difficile. Et sa critique facile …

  6. Je me suis posé cette presque même question l’année dernière, lorsque je me suis rendue compte que le téléphone fixe de la maison – mis à leur disposition permanente et sans restriction pour contacter leur maman – était utilisé pour raconter ce qui se passait ici. Dans les détails et pas toujours objectivement (ils oublient de dire pourquoi ils sont punis/ n’évoquent que les diners ratés ( ca arrive à tout le monde, hein) … etc) .

    Les enfants de mon amoureux ont 8 et 11 ans et nous mesurons et apprécions la grande chance que nous avons d’avoir des échanges très cordiaux avec leur maman – qui a refait sa vie et leur a donné un petit demi-frère.
    Cela n’empêche néanmoins pas les différences d’us et coutumes d’un foyer à l’autre, et j’apparente la critique à une forme de loyauté envers le parent de l’autre foyer…
    C’est un exercice déjà acrobatique pour les adultes, alors j’imagine que les enfants font comme ils peuvent.
    Par contre, je tiens à ma liberté de faire ce que j’entends chez moi, alors j’ai rappelé aux enfants que ce qui intéressait leur maman, c’était surtout de savoir comment eux allaient, et pas combien de fois j’ai refusé qu’ils regardent la télé ( je suis la seule à trouver les programmes actuels à la fois nuls et violents?). Depuis cela s’est arrêté et je suis apaisée ( je ne suis pas venue pour souffrir, ok? lol).

    Je pense que l’âge a aussi un rôle important, J, ma belle-fille de 11 ans commence gentiment mais surement à affirmer son caractère et les critiques, bien que rares, deviennent plus piquantes et blessantes. C’est donc, je pense, le moment pour nous 4 , parents et beaux-parents, de lui enseigner le respect des autres dans sa dimension la plus subtile : les mots peuvent blesser, il faut donc bien les peser. Et les comprendre. J’ai remarqué que J et ses copines ( comme nous ados), ont tendance a bien exagérer , question de style, faut être « swag ».

    Son petit frère, G, 8 ans, lui n’est pas encore concerné, mais est beaucoup plus sensible au bien être d’autrui, je pense que nous n’aurons pas ce « problème » avec lui ( j’ai hâte de voir ce qu’il nous réserve 🙂 )

    bref, tout ca pour dire que même si tu te sens l’objet de la critique, en vrai tu ne l’es peut être pas vraiment, et que ta belle fille ne pense peut être sincèrement pas que ce qu’elle écrit à sa mère puisse te blesser. Je pense néanmoins qu’il faut être vigilante à ne pas être toujours l’objet de la critique afin de ne pas devenir, aux yeux de la maman, la coupable facile.
    Et peut être que tu peux tâter le terrain à couvert ( Papam à la rescousse) pour lui faire subtilement comprendre que vous êtes attentifs à son bien être mais pas idiots, et que vous ne permettez pas la diffamation!

    bon courage avec tout ça, on en rira un jour 🙂

    • C’est rigolo tes beaux-enfants ont le même âge que les miens .. (enfin, rigolo vu l’adolescence qui arrive, je sais pas trop…)
      Tu en parles très bien et j’ai remis les pendules à l’heure quelques jours plus tard suite à un coup de fil ou je n’ai pas apprécie ce que j’ai entendu. Ils se sont sentis très bêtes et nous avons pu en discuter.
      Je ne peux pas contrôler ce qu’elle écrit mais par contre, je peux leur faire savoir qu’ils doivent me respecter.
      Merci beaucoup. Oh oui on en rira.. et heureusement !

  7. Comme je vous comprends toutes, j’ai 24 ans et une petite belle fille de 7 ans qui vit à la maison depuis 6 mois ou un peu plus une semaine sur deux. Une fois, au début, sa maman la ramenait, elle venait d’avoir un chien et ne voulait pas revenir avec nous (ça on l’a su plus tard). j’étais en train d’étendre le linge à l’étage fenêtre ouverte et je l’ai entendu dire à sa maman qu’elle ne voulait pas venir parce j’étais trop méchante, qu’elle avait menti depuis le début quand elle avait dit m’aimer. Je te dis pas l’effet… grosse crise de larme, monsieur papa qui ne comprenait rien. c’est terriblement fragile comme relation, et potentiellement remis en question à la moindre occasion. Depuis j’ai l’impression de me protéger, en quelque sorte, d’avoir pris quelque distances. c’est difficile de savoir que quelque soit l’investissement, on sera toujours remise en cause à un moment donné. Je commence à m’y faire et je dois avouer que la découverte de ton blog à ce moment là, et tes articles depuis ont été salutaires! Mon dieu mais je suis pas la seule. Bref merci beaucoup pour ton blog, il m’a beaucoup touché et je t’avoue que j’ai l’impression de me lire parfois 🙂
    Bonne journée à toi!

Laisser un commentaire