Lorsque je couche mon fils le soir, juste avant de fermer sa porte, je lui glisse un « je t’aime » avant de m’en aller.
Systématiquement, pas par habitude mais parce que je le pense sincèrement.
C’est quelque chose que je lui dit assez souvent.
Parfois cela m’échappe tellement mon amour déborde, j’ai besoin de le lui dire.
Peut-être est-ce trop, je ne sais pas, je n’ai pas envie d’y penser.
Je veux juste en profiter car dans quelques années, je risque fort de l’agacer…

À l’heure de la sieste ce midi, après le rituel du coucher et alors que j’étais en train de fermer sa porte, je l’ai entendu dire quelque chose:
« Pardon ? Je n’ai pas entendu ?
– T’aime maman ! »

Son premier vrai « je t’aime » et des papillons dans le ventre.
Cela m’a rappelé tous ces premiers « je t’aime » qui jalonnent nos vies et surtout, celui de son papa il y a quelques années déjà.

Qu’ils sont doux ces moments et qu’ils sont importants.
J’essaie de m’en souvenir et de les garder précieusement, comme un trésor pour les jours de tourments.

Et vous, les premiers « je t’aime », vous vous en souvenez ?