Paroles de beaux-parents : Lucie.

Paroles de beaux-parents : Lucie.

264
7
Lucie m’a envoyé un mail en m’expliquant qu’elle avait découvert mon blog et qu’elle aimerait témoigner dans cette rubrique..
 Je suis toujours très touchée et heureuse de la confiance que l’on me fait en me confiant un petit bout de son histoire et en acceptant de se dévoiler. 
 Je prends toujours plaisir à vous lire et à partager toutes ces expériences car en parler fait avancer. Encore une fois, ce fut le cas.
 Merci beaucoup Lucie d’avoir fait la démarche! 
 
Tu te présentes?
 
Je suis une jeune femme de 25 ans, bientôt 26, éducatrice délocalisée de ses terres natales pour vivre son amour à 100%.
Et ta famille alors?  
J’ai rencontré mon chéri il y a maintenant trois ans, on vit ensemble depuis un peu plus de 2 ans. Il a un fils de 2 ans et demi, que nous avons à la maison un week-end sur deux, la moitié des vacances scolaires et à d’autres moments quand c’est possible.
Ta première rencontre avec ton amoureux, c’était comment? Tu as su tout de suite pour son fils? Tu as réagi comment? 
Si vous avez fait le calcul entre l’âge de notre couple et l’âge du Doudou, vous devez  être perplexe. Pour faire court, Doudou est né alors que ses parents étaient séparés et qu’avec son père, on était déjà très amoureux.
 Je n’ai pas su tout de suite, pour diverses raisons, mais quand j’ai appris la nouvelle, j’ai fait le plus grand choix de ces 25 dernières années  : je suis restée. 
J’ai aimé non plus une personne mais deux. S’en est suivi une période compliquée où il a fallu trouver un équilibre, jongler entre la culpabilité des uns et des autres, jusqu’à ce qu’on trouve notre rythme de croisière… Que l’on savoure aujourd’hui !
Et ton entourage, ça se passe comment?
Je crois que j’ai crains la réaction de notre entourage, surtout le mien, puisque j’étais dans une position inconfortable que j’ai mis plusieurs mois à assumer pleinement. Finalement, sauf en ce qui concerne la maman, je me suis rendue compte que ma famille et mes amis étaient formidables vu leur réaction et leur soutien inconditionnel. En ce qui concerne la maman, les choses sont rentrées dans l’ordre avec le temps.
Tu nous parles du fils de ton amoureux?       
 Doudou est un petit garçon plein d’énergie, que j’ai rencontré à l’âge de 6 mois. Il a commencé à venir chez nous vers 10 mois environ. C’est un petit garçon très affectueux, collé à son papa mais qui m’a offert une place dans sa vie, pour mon plus grand plaisir. C’est un petit bout qui cherche aussi son équilibre entre ses « deux vies », ce qui n’a pas manqué de nous faire nous questionner sur notre rôle dans tout ça …                                                                                J’adore admirer ses progrès entre chacune de ses visites, sur le langage, la propreté… Il devient grand, et même pour moi, c’est difficile à concevoir !
Vos mots à vous pour parler de tout ça?        
Doudou m’a attribué un surnom de lui-même. Il n’a jamais été question d’imposer quoi que ce soit, il connaît mon prénom qu’il utilise parfois mais il m’a choisi un petit nom qu’il aime utiliser au quotidien et qui fait rire tout le monde !
Quand vous êtes tous ensembles, ça se passe comment? Ça change quoi?      
 Ça change tout ! En son absence, on a une vie de couple, en sa présence, une vie de famille. Je vous laisse imaginer le décalage ! On se cale à son rythme et on savoure les moments à 3, qui sont toujours trop courts
 As tu des peurs vis à vis de tout cela si tu deviens maman?   
Nous n’avons pas d’enfant pour le moment. Des craintes, il y en a forcément : va-t-il se sentir lésé par rapport à un enfant qui serait 24h/24 avec nous ? Va-t-il trouver sa place ? Comment va-t-il accepter de partager son papa qu’il ne voit déjà que trop peu ? Et tout un tas d’autres questions auxquelles on tentera de répondre un jour ! Pour ma part, je souhaite plus que tout que dans le futur, chacun se sente membre à part entière de cette tribu !
Ton rôle de Belle-mère Ce qui est le plus difficile?        
Le plus dur, c’est de définir sa place dans ce schéma familial. Une fois qu’on est à l’aise avec la situation, je trouve que ça roule naturellement. J’ai toujours eu la « fibre maternelle », alors c’est naturellement que j’ai appris à m’occuper de lui, que l’on s’est rapproché pour être très complices aujourd’hui. Je pense qu’il ne faut pas forcer les choses. J’ai la chance que le papa m’ait accordé une vraie place et qu’on forme une famille à part entière. 
 Ce que ça t’apprend et t’apporte au quotidien?    
Actuellement, on traverse une sorte d’œdipe, en mode « c’est mon papa » et toi tu le touches pas, couplé à la phase du « non » et l’acceptation de la frustration… Ce n’est pas toujours évident pour nos nerfs ! Maintenant je n’oublies jamais qu’il est notre priorité. Évoluant professionnellement dans le domaine de l’éducation, je sais faire la part des choses, ce qui aide beaucoup car du coup, je regarde tout ça d’un œil amusé et curieux !
Il m’apporte tellement que c’est pas possible de faire une liste ! Un enfant, peu importe la situation, est quelqu’un qui chamboule tout et qui fait grandir les adultes autour de lui…
Ta phrase de Belle-mère?        
« Est-ce que ton chagrin est parti? » lorsque je sèche ses petites larmes… Sa réponse et son sourire me font toujours craquer !
Ton truc/ conseil de belle-mère ?
J’ai toujours parlé au Doudou de sa maman, sa famille. Ce n’est pas un tabou à la maison et je n’aurais pas supporté que ça soit le cas car on fait tous parti de sa vie !
 Mon conseil, se souvenir que ce sont des enfants, qu’ils subissent la situation que les adultes ont instauré et donc savoir PRENDRE DU RECUL pour les aider à grandir sereinement… C’est le rôle de l’adulte, et parfois, ça demande des concessions en tant que compagne du papa !
 A mon sens, il faut y aller tout doux dans les premiers temps, faire connaissance avec chacune de leur petite personnalité en devenir ! Une fois le lien créé, le reste va tout seul je trouve (la confiance, l’écoute…).
Pour ma part, je n’ai jamais ressenti de jalousie ou quoi que ce soit… je pense qu’il faut dissocier « l’amoureuse » de la « belle-mère », condition sine-qua-non pour que ça fonctionne ! 
Merci beaucoup Lucie, il a de la chance ce Doudou d’avoir une belle-mère si attentive.
Si vous voulez vous aussi venir nous raconter votre famille, n’hésitez pas à me contacter: mariebellemam@gmail.com
 

7 commentaires

Laisser un commentaire