Il a fait tomber quelque chose et il a dit:
« Potain ! « .

Avec son papa on s’est regardés l’air interrogateur:
« Tu as compris ce que j’ai compris ou pas ? « .
Et puis on s’est dit que non, on s’était forcément trompés.

Ils est revenu ce « potain », toujours employé à bon escient, bien présent et assimilé comme il le fallait.

On a pris la résolution de faire davantage attention.

« Tu vois, à force de dire ça tout le temps, ça rejaillit sur les enfants !
– tu le dis aussi !
– oui, mais moins que toi ! ».

J’ai fait preuve d’un peu de mauvaise foi parce que, je le sais, la responsabilité est partagée.
Même si je fais attention, parfois, c’est le genre de mot qui peut m’échapper.

Jamais je n’ai imaginé que mon Petit Colis se mettrait à le répéter ! En tout cas pas si tôt, pas comme ça !

On a essayé de le lui expliquer.
Tu sais dire « Potain », ce n’est pas très très bien. Mais il a eu du mal à comprendre ce qu’on lui reprochait.

On a tenté de se rattraper.
Alors on dit « Zut », « Mince », « flûte ». On le dit bien fort, avec de grands gestes.

Mais lui, il dit « Potain » et nous, dans sa bouche, on a du mal à trouver que ce mot n’est pas très bien …

Rassurez-moi, vos enfants à vous, ils en disent aussi des gros mots ?