« Pourquoi mon frère et ma soeur ne vivent pas avec moi ? »

« Pourquoi mon frère et ma soeur ne vivent pas avec moi ? »

377
17

C’est une question qu’il nous pose souvent.

« Pourquoi Dot’s et Lop’s ne vivent pas avec nous ?  »
« Pourquoi ils partent, je veux qu’ils restent avec moi, je veux pas être tout seul ! »

Ce sont des questionnements qui me chagrinent énormément tant je sens notre impuissance à lui répondre correctement.
Ses « Pourquoi » et son inquiétude sont récurrents.

Pourquoi doivent-ils toujours s’en aller et surtout, quand ?
Comment expliquer à un si petit des histoires de grands ?

Quand il les voit se préparer, même pour aller se promener, il demande:
« Ils ne s’en vont pas hein maman ? Pas maintenant !? »

Je sens la peur de la séparation et l’incompréhension.
On essaie de lui expliquer, mais à trois ans, il n’a pas la notion du temps.

Ils ont une maman, ils habitent avec elle tu le sais.
Ils viennent chez nous pour voir leur papa, ton papa.
Ça, il ne le comprend pas.

Leur papa vit avec leur maman, là-bas, même qu’il l’a vu une ou deux fois.
Son papa, c’est pas le même que leur papa tu vois.
Parce que les papas vivent avec les mamans, c’est plus simple pour lui comme cela.
Mois terrifiant aussi sûrement.

Plus le temps passe, plus il questionne.
Il est si proche d’eux, ils sont si heureux.
Pour quelques jours, quelques heures, avant qu’il soit à nouveau seul.

Alors, je fais tout pour le rassurer mais je le sais,
cela ne sera jamais assez face à tout ce vide à combler.
Leurs jeux d’enfants et leur complicité.

On essaie de le préparer et de lui permettre d’appréhender les choses avec davantage de facilité.

Dot’s compte avec lui les « dodos » sur le calendrier et ils se promettent de s’appeler.
Papam l’emmène parfois avec lui à la gare les chercher et les raccompagner.
Cela permet à Petit Colis de visualiser: leur maman, le départ, les au-revoirs.
Rendre tout cela un peu plus concret .

Je fais des kilos de câlins pour apaiser son coeur chagrin.
Je lui dis que c’est normal d’être triste, qu’il a le droit de l’exprimer et on essaie d’en discuter.

Il devra apprendre à vivre avec cela et c’est une situation que je n’avais jamais imaginé avant d’y être confrontée.

On se met facilement à la place des grands qui ont des parents séparés et qui sont un peu ballotés.
Beaucoup moins à celle de celui qui reste et se sent parfois abandonné.

Je lui explique souvent ces derniers temps, que bientôt, il ne sera plus tout seul et qu’il aura, lui aussi, une petite soeur à plein temps.
Il aura alors tout le loisir de regretter les moments où il était l’unique et avait la paix.

Il ne comprend pas vraiment mais un jour, je l’espère, il saura que même si tout n’est pas toujours facile à accepter, distance ou pas, nous sommes tous à ses côtés, à l’aimer.

Avez-vous déjà été confrontés à ce genre de situation ? Les choses ont-elles fini par s’apaiser ?

17 commentaires

  1. En effet j’avais jamais pensé à celui qui reste seul chez lui… Dur. Mais avec toutes ces explications et ces réponses aux questions, ça va aller de mieux en mieux avec l’âge… Et comme tu dis quand sa sœur viendra lui démonter ses legos, il regrettera… Des bisous

  2. Même si nous avons une configuration familiale différente, avec le temps les littles ont bien compris ou vivent leurs deux grandes soeurs et le rythme ou ils peuvent se retrouver tous les quatre et leur papa.
    Quand c’était encore un peu hésitant nous faisions un calendrier mensuel pour qu’ils se repèrent.
    Bises

  3. Pas facile pour un petit bout.
    Possible que l’arrivée de sa speur apaise un peu tout ça, ils seront deux maintenant.
    Futur problème : y’a deux camps à la maison
    On fait un gros calin a petit colis, quand je vois comment le Tigger s’inquiète a chaque fois pour sa soeur (il me reparle souvent de notre longue semaine a la maternité), j’imagine que ces departs fréquents ne doivent pas être facile pour lui.

  4. La maman de notre petite puce a eu une petite fille voilà quelques jours. Les questions comme  » elle pourra venir avec nous ma petite sœur ? » ne sont plus trop posées. Par contre quand son papa l’a amenée à la maternité elle a eu un gros bloquage et a demandé à son père  » dit papa je serai toujours ta princesse hein ??? » ….

  5. Le déchirement quand Mini BDC se précipite à la porte de la chambre de son frère ou de sa soeur et qu’il se rend compte qu’ils ne sont pas là. Ou qu’il les appelle pour qu’ils viennent jouer alors que c’est la semaine « chez maman ». Et du haut de ses 21 mois, je t’avoue que je n’ai pas encore trouvé de mots pour lui expliquer. Alors j’essaie de compenser comme je peux mais ça n’est pas évident. Et puis, comme tu dis, le concept de « leur maman » n’est pas imaginable dans sa tête. Alors parfois, quand il dit qu’ils sont à l’école, je ne le reprends pas. Un peu comme quand Monsieur BDC est en déplacement et que Mini dit qu’il est « au boulot ». …

    • Ohlala j’imagine bien…
      Ici, il visualise bien leur maman puisqu’il la voit parfois, ça aide je pense.
      Je dis aussi souvent qu’ils sont à l’école, ça l’aide je crois. Pas facile de savoir ce qu’il faut faire et dire !

  6. À la lecture de cette article je suis partagée, à la fois j’aimerais que ma fille ne soit jamais confrontée à cette situation, Mais pour les garçons j’aimerais que leur Maman se rapproche de nous et qu’ils puissent la voir plus que ce n’est le cas actuellement…
    en tout cas je crois que votre réaction est la bonne Et que vous faites de votre mieux, c’est la l’essentiel !

    • Je crois que c’est le principe de la famille recomposée d’être toujours partagé et tiraillé !
      Je vous souhaite que ta fille ne subisse pas trop tout cela ou le vive bien …
      J’imagine que pour eux, voir si peu leur maman doit être assez difficile…
      On fait de notre mieux, tu es bien placé pour savoir que ce n’est pas toujours évident !
      Bises

  7. A 4 ans mon petit bonhomme semble avoir accepté le départ de son grand frère le plus jeune, à la fin du we… Il a longtemps été triste et parfois fâché qd arrivait l’heure du départ… En ce moment il me dit qu’il voudrait lui aussi être un frère, avoir un frère… Je lui ai dit  » mais tu as déjà des frères ! » (18 et 21 ans)… En parlant avec lui, j’ai compris qu’à son tour il voudrait être un grand frère… Il voudrait un frère qui reste… Mais il n’y aura pas de frère… J’espère qu’il n’en souffrira pas trop

    • Il vivra avec. Il n’y a pas de configuration familiale idéale (cela se saurait je pense).
      On fait au mieux pour leur rendre les choses les plus douces possibles…
      Le temps aide à comprendre et à accepter je pense.

  8. Je peux juste t’envoyer des chaudoudoux.
    Avec le temps il comprendra, j’en suis certaine mais c’est vrai qu’à 3 ans, c’est compliqué.
    Je vois déjà mon tout-petit qui a eu du mal à se dire que sa manou est ma maman et que sa tataMy et son ton Billiome sont ma soeur et mon frère ^_^
    Imaginer « l’avant » est compliqué pour eux.

    • Ahaha on a le même souci ! Je me fais disputer quand j’appelle ma mère « maman  » car c’est sa « mamy » et en aucun cas ma mère !
      Ils ont du mal à comprendre tout cela, c’est vrai !

Laisser un commentaire