IMG_1909

Planifier, réserver et organiser. Y penser toute la semaine.
Reconfirmer la baby-sitter.
Expliquer aux enfants que ce soir, ce sera elle qui prendra le relais et « elle est gentille, vous verrez ».
Se maquiller pour cacher la fatigue d’une journée où l’on n’a pas arrêté.
Donner les dernières recommandations, quitter la maison le coeur un peu serré mais léger aussi en pensant aux copains que l’on va retrouver.
Comme avant, comme quand on n’avait pas d’enfant. Tu te souviens dis ?
C’était moins compliqué, on est fou finalement d’y avoir renoncé.

Prendre le métro en se serrant la main, avoir le temps de rêver et de s’embrasser.
Se hâter pour ne pas être les derniers arrivés.
Faire semblant de ne pas remarquer leur retard, envier un peu leur liberté et les heures qu’ils n’ont pas à compter.
Rire et sourire sans avoir à surveiller. Être gai, léger et se marrer.
Envoyer discrètement un message pour vérifier que les enfants sont couchés.
Déconnecter en étant rassurée.

Observer la foule et se dire qu’on avait presque oublié.
Les bars bondés, l’ambiance si particulière qui règne sur la ville en soirée.
En profiter.
Un dernier et après j’arrêterai, il faut que demain je puisse assurer.
Compter les heures, encore, et ce que cette petite escapade va nous coûter.
S’en vouloir de ne pas simplement savourer.
Retrouver des bars oubliés et les souvenirs des premières fois que jamais on ne veut effacer.
Prendre le temps de les écouter et de les regarder.
Se demander si l’amitié qu’ils nous portent a changée depuis que nous avons moins de temps à leur accorder.
Annoncer qu’on doit s’en aller.

Se rendre compte que nous sommes de l’autre côté et que pour eux, la soirée ne fait que commencer.
Se promettre de recommencer. Être heureux de l’avoir fait.
Se hâter de rentrer.
Sur le chemin se demander si tout s’est bien passé. Reprendre le métro, compter les stations et trouver cela un peu long.
Poser ma tête sur son épaule.
Me dire que je suis si pressée de les retrouver.

Remercier la baby-sitter, la raccompagner.
Se déshabiller et se démaquiller.
Ranger quelques jouets.
Aller les contempler avant d’aller me coucher et m’émerveiller.
Mesurer la chance immense que j’ai.

Samedi dernier, on est sortis avec les copains et c’était bien.

( Crédit photo: Papam – Il s’agit du mur d’un bar lillois célèbre pour sa vodka.)