Sensibilité.

Sensibilité.

300
12

 Depuis qu’il est tout petit, Petit Colis va à la garderie quelques demi-journées par semaine.
Je voulais qu’il puisse passer du temps avec d’autres enfants et avec d’autres adultes également.

Il a passé deux ans dans une halte garderie dans laquelle il partait en courant et pleurait pour ne pas que je vienne le récupérer.
Je le laissais le coeur léger et avec une grande sérénité.

Cet été, lorsque nous avons déménagé, j’ai cherché dans notre nouvelle ville une structure qui pourrait l’accueillir.
J’ai trouvé un endroit ou il pourrait aller deux matinées par semaine.
Un peu moins chaleureux et convivial que la halte-garderie où il se trouvait auparavant avec une équipe plus grande. Le genre de choses que l’on ne sait pas vraiment expliquer mais j’étais moins emballée…
Je sais qu’il est inutile de comparer et Petit Colis a trop besoin de ces moments où il peut évoluer parmi les autres enfants pour que je l’empêche d’y aller.
L’adaptation s’est plutôt bien déroulée et j’ai rapidement mis mes doutes de côté.

Vendredi dernier, lorsque je l’ai récupéré et que je lui ai demandé le traditionnel :
« Alors comment ça s’est passé? », pour la première fois, il m’a raconté…

« Maman, Mano a tapé. La dame a crié fort, é fâché, é peur maman « .

La dame en question, je l’avais déjà vu crier sur le petit dont il me parlait et en effet, même moi, j’avais trouvé qu’il se faisait drôlement disputer.
Mais ayant déjà été de l’autre côté, je sais qu’il faut s’abstenir de juger trop hâtivement et que ce que j’avais vu là ne reflétait sans doute pas la réalité. Je sais également qu’il est encore petit et qu’il faut prendre ses mots avec des pincettes.
Il n’empêche qu’il m’en a parlé à plusieurs reprises pendant le weekend, avec toujours les même mots et je ne savais pas trop quoi en penser puisqu’on m’avait dit que tout s’était bien passé.

Je n’ai pas envie d’être la mère inquisitrice qui va demander des comptes. Je ne veux pas être celle qui veut savoir qui a touché à la chair de sa chair parce que je sais qu’on ne peut tout contrôler. Les enfants se tapent, ils ne sont pas toujours tendres et mon fils n’est pas le dernier.
Mais je ne veux pas non plus être celle qui passe à côté de quelque chose. Je veux pouvoir comprendre pourquoi cela l’a tant marqué pour pouvoir en discuter et dédramatiser.

Alors, la semaine suivante, j’ai profité d’être seule avec la directrice pour lui raconter et lui demander s’il c’était passé quelque chose de particulier.

Elle m’a répondu: « Ah, il vous a parlé de Mano c’est ça ? Il faut dire que Petit Colis est très sensible, ça nous l’avons bien remarqué » ! Et elle s’en est allée.

Je n’en saurai pas plus. J’ai tourné les talons un peu décontenancée et en me trouvant un peu bête d’avoir demandé.
Puis je me suis dit que même si c’était déplacé de ma part de demander, elle aurait pu au moins chercher à me rassurer.

Je trouve regrettable qu’on mette en avant face à un petit incident une trop grande sensibilité.
N’est-ce pas une caractéristique assez fréquente chez un enfant de deux ans ?

Je l’ai laissé ce matin-là le coeur un peu serré mais à son sourire lorsque je l’ai récupéré, j’ai vu que tout s’était bien passé.
Je sais malheureusement qu’il sera confronté à bien pire que cela au cours de sa scolarité.

Je ne peux malheureusement pas toujours le protéger, même si j’aimerais. Je vais donc faire en sorte de l’accompagner et de l’écouter sans trop paniquer et m’énerver.
Ce qui est d’avance peine perdue je le sais mais au moins, ça permet à Papam de bien rigoler !

12 commentaires

  1. Son mot « peur » me gênerai aussi… Sensible ou pa ms en effet son boulot était, à mon sens, de t’expliquer pour te rassurer…

    • Ce qui m’a rassurée c’est que lorsque je le punis, il me dit aussi qu’il a peur… Alors que je ne crie pas , j’élève juste la voix !

    • Son grand frère est comme cela ! Très sensible, il a beaucoup de mal à exprimer et se met tout de suite à pleurer ! C’est très difficile dans cas cas-là. J’espère pour toi qu’en grandissant, cela s’arrangera. C’est un peu le cas ici !

  2. tu as bien fait de l’écouter et de le rassurer. Comme ca il y retourne avec plaisir. Au final, c’est plus dur pour la maman ^^ Bisous à ton petit colis qui grandit bien vite je trouve…

  3. Comme toi, je serais frustrée que la directrice soit partie sans plus d’explication. A l’occasion demande lui plus de détails.
    Chichi a aussi été classé « sensible » par sa maîtresse l’année dernière. Maintenant qu’il est chez les moyens, je sens que la nouvelle maîtresse et l’Atsem sont plus fermes et veulent qu’il rentre dans le moule maintenant que l’école a repris depuis 2 mois … Les pleurs le matin et le midi, ça commence à les agacer. Puis Chichi a toujours une excuse : machin qui l’embête, les enfants de la classe trop bruyants, que je l’ai inscrit à la cantine …

    • Ce n’est que depuis cette année que cela se passe ainsi ? J’espère que cela va s’arranger, ce n’est pas évident…

  4. Vaste sujet que l’implication parentale dans ce type de structure.. Pour avoir vécu du bien et du moins bien, je me dis aujourd’hui qu’il fait se faire confiance en tant que parents et faire confiance à nos petits bouts. Si Petit Colis a eu peur, c’est important de l’écouter en parler et j’aurais évidemment moi aussi posé la question. leur bien être est primordial et bon nombre d’adultes ne mesurent pas toujours que certaines attitudes, voix, réactions… peuvent être perçues comme violentes et effrayantes par nos petits . Courage Marie !

  5. Nous en avons parlé et les choses sont rentrées dans l’ordre. Je dois apprendre à lui faire confiance et à moi également ! Merci pour tes mots rassurants !

Laisser un commentaire