Un accouchement qui « répare » le précédent.

Un accouchement qui « répare » le précédent.

909
25

De mon premier accouchement, je gardais une plaie mal cicatrisée à laquelle on tente de ne plus penser.
En se raccrochant au fait que son bébé soit en bonne santé.

Il n’empêche qu’on n’arrive pas vraiment à effacer les traces, qu’on envie un peu ceux qui te racontent comment ils ont pleuré, mais de joie, tu vois ?
Non, je sais pas, enfin, pas comme ça.

De ce jour-là, je me souviens des mots des gens pressés, stressés.
Des mots qui font mal.
« Poussez madame, poussez vraiment, là ça ne sert à rien ce que vous faites ! »

Je me souviens des actes brutaux, comme si je n’existais pas.
Qu’on s’est assis sur moi.
Ca le fait descendre, il paraît.

L’immense fatigue de plus de 24 heures de travail douloureux sans que rien ne se produise.
Personne n’a vérifié que c’était un très gros bébé et que cela serait forcément très compliqué.
Personne ne m’expliquait ce qui allait se passer.

Je me souviens que j’ai pleuré et hurlé comme jamais.
On m’a juste renvoyé que j’avais échoué à mettre au monde mon bébé comme il fallait.

Certains sont capables de s’exprimer, de s’imposer, moi j’étais hébétée.

Pourtant, je ne suis pas du genre à me taire mais face au corps médical, je ne sais plus faire.
Je me dis que je dois le mériter, que je ne dois pas assurer.
J’ai un problème avec cela et je ne m’en rends toujours compte qu’après.
Lorsque j’ai affaire à des médecins bienveillants je réalise.

J’y ai souvent repensé, me demandant si c’était moi qui exagérait.
Si la fatigue ne m’avait pas trompée mais Papam, en père expérimenté m’a confirmé la violence de ce qui c’était passé.

J’ai raté ma rencontre avec mon bébé.
Trop affaiblie pour pouvoir le serrer contre moi, trop dévastée.

Je me souviens de cette sage-femme qui m’a asséné :
« Vous trouvez ça dur d’accoucher ? Attendez qu’ils soient ados, les problèmes ne font que commencer ! ».
Elle avait dû passer une mauvaise journée et elle avait décidé de le partager.

Il m’a fallu du temps pour envisager de remettre cela.
J’ai même pensé à m’arrêter là.
Mais le temps aide à cicatriser et pouvais-je plus mal tomber ?

J’ai mis du temps mais j’ai dit au revoir à mon gynécologue cher et pas sympa, qui te regarde pas:
« Tout va bien, ça fera 80 euros, on se voit le mois prochain, au revoir. »

J’ai trouvé une sage-femme merveilleuse:
bienveillante et à l’écoute.
(Si vous cherchez une sage-femme proche de Lille, n’hésitez pas à me demander).
J’ai choisi un hôpital « ami des bébés » qui avait une bonne réputation.

Je me suis préparée, beaucoup.
Il y aurait un début et une fin, au final ça ne sera qu’une journée de ta vie, c’est ce que je me répétais.
J’ai un peu tremblé quand on m’a annoncé un gros bébé.
« Le chemin est déjà préparé, vous verrez. »
Je ne savais pas si j’y croyais.

J’ai beaucoup parlé de ce premier accouchement lors des entretiens.
On m’a écoutée.
On a pris en compte mes difficultés pour m’accompagner.
À chaque fois, cela me donnait envie de pleurer.
« C’est normal vous savez, on est là pour ça, c’est notre métier. »
Certains, je crois, l’ont un peu oublié.

J’ai eu une échographie supplémentaire pour déterminer la croissance de Lavande.
On m’a dit qu’à terme, ils estimaient un poids à 4,5 kg .
J’avais été à Terme + 4 la première fois.
J’ai eu deux décollement des membranes et ils ont programmé un déclenchement avec mon accord.

Au vu de nos difficultés pour la garde de Petit Colis, Papam qui travaille loin, cela nous arrangeait de pouvoir anticiper et nous organiser.
Cela m’a également permis de bien réaliser ce qui allait se passer.

On m’a parlé, on m’a écouté, on m’a pris en compte.
On m’a expliqué comment les choses allaient se dérouler.
On me demandait comment je me sentais.
Ca parait idiot mais ça change tout.

J’ai été déclenchée à 8h30 et Lavande est arrivée 5 heures plus tard.

Ce qui m’a marquée, c’est le calme qui régnait dans cette salle d’accouchement.
Nous n’étions pas nombreux.
Juste tous les deux avec une sage-femme et une puéricultrice.
Je me suis demandé quand tous les autres allaient arriver et se mettre à crier.

Tout se déroulait si facilement que c’en était déroutant.
Quand elle a dit: « C’est bon, on va y aller. » avec Papam on s’est regardés un peu amusés comme si elle blaguait.
Déjà ?

Elle m’a encouragée:
« Vous poussez bien madame, je la vois, vous y êtes. ».
Je me suis dit qu’elle était sympa de me motiver mais que fallait pas trop exagérer.

Pourtant c’était vrai, et après quelques poussées, elle m’a proposé de sortir moi-même mon bébé.
Ce que j’ai refusé bien trop impressionné par la simplicité qu’elle avait eu à arriver.

Alors, elle me l’a déposée sur le ventre en me félicitant.
J’ai pleuré, de joie cette fois.
J’y étais arrivée.

On a passé un long moment très impressionnés à avoir du mal à réaliser.
Elle était là, tout c’était si bien passé.

Cet accouchement était pour moi parfait.
Tellement que je ne me serais jamais autorisé à croire que cela pourrait arriver.
Il m’a surtout permis de « réparer » la blessure que le précédent avait laissé.
Et de clore ce douloureux épisode de la maternité.

Maintenant Papam n’est pas rassuré, il a peur que je veuille pleins d’autres bébés …

(Crédit photo: Papam.)

25 commentaires

  1. C’est vraiment géniale que tout se soit bien passé cette fois, que le personnel ait sût être si attentif. Après j’ai attendu plein de choses positives sur les sages femmes en général, il parait qu’elle sont tellement plus à l’écoute que les gynécologues

    • En effet, être accouchée et suivie par une sage femme est très différent. Je ne sais pas si mon expérience est une exception mais les sf auxquelles j’ai eu affaire était bien plus à l’écoute et douce que les gynécologues.
      Merci beaucoup .

  2. Ah ah ah, j’adore la chute.
    C’est terrible et terriblement révoltant ce que tu racontes de ton premier accouchement. Je n’ai pas vécu ça mais il m’a fallu la naissance par voie basse de LittlePirate pour digérer la césarienne de SweetPrincess et la SF qui m’avait sorti en voyant ma déception qu’on annonçait à certaines mamans la mort de leur bébé alors bon et un siège et une césarienne ça va quoi. C’était vrai, mais bon, malgré tout ma déception n’était-elle pas légitime ? Et la nier n’aidait pas forcément à passer outre… Bref, je suis admirative du corps médical en général mais la psychologie n’est pas donnée à tous et oui il y a des gros cons. Ta SF qui t’a raillée sur la difficulté d’accouchement en faisait partie…
    Ouf en tout cas que cet accouchement ait été à la hauteur de tes souhaits. Et ils n’étaient pas foufous. Juste un accouchement zen.

    • Faut bien en rire un peu.
      Tu as tout à fait raison, tu avais le droit d’être triste et déçue. Il est inutile de comparer avec le pire dans ces moments-là. On trouvera toujours pire et pourtant, la souffrance est présente tout de même.
      En effet, il y a une grosse part de chance concernant le personnel médical et ceux sur qui on tombe…

  3. C’est sûr que quand les accouchements se passent bien, on a envie de recommencer ^_^
    Pour rassurer Papam, tu peux lui dire que tu préfères rester sur un accouchement positif que de tenter de revivre un accouchement différent.
    Bien que mes 3 accouchements se soient bien déroulés, j’ai toujours eu peur que le suivant soit plus difficile.
    En tout cas, c’est chouette que Lavande soit arrivée dans vos vies en douceur.

    • En fait, je n’ai pas forcément envie de recommencer. Enfin pas tout de suite mais c’est sur que cela fait moins peur !
      Et en effet, le risque est toujours présent tout comme l’inconnu que réserve chaque grossesse !
      Merci beaucoup !

  4. Ce que tu racontes de ton premier accouchement est effarant et révoltant !
    Ça fait d’autant plus plaisir de lire que Petite Lavande est arrivée tout en douceur dans une ambiance sereine.

    • Malheureusement, cela arrive bien plus souvent qu’on ne le croit…
      EN effet, elle est arrivée tranquillement, c’est un très joli souvenir !

  5. Bonjour, je vous découvre et j’ai les larmes aux yeux.. Il est primordial de bien choisir sa maternité, malheureusement la première fois on suit souvent les conseils, on fait au plus pratique.. Pour avoir accouché dans une maternité « amis des bébés » (à croire que les autres ne le sont pas?!) je ne pourrais pas faire autrement pour mon 2ème.. belle journée à vous 4!

    • Je ne connaissais pas ce « label » pour mon premier, j’ai pensé qu’une petite clinique serait plus agréable… Mais tous n’y ont pas vécu la même expérience.
      Merci d’être passée par ici.

  6. Je découvre ton blog aujourd’hui et je vais le suivre assidument en tant que Lilloise également 😉
    Je suis choquée de ton premier accouchement. Si ce n’est pas indiscret, c’était où? Que j’évite cet endroit pour un second bébé… Pour ma première grossesse, j’ai aussi été suivie par une sage femme libérale. Elle a été parfaite et a su répondre à chacune de mes angoisses. Et le côté j’ai son numéro de portable au cas où, me rassurait bien!
    Sur Lille, on a de la chance, beaucoup de maternités ont le label Amis des bébés ou sont dans la démarche (le CH où j’ai accouché n’y était pas mais était bien dans la démarche).
    En tous cas, je suis contente de lire que tu as pu te réconcilier avec le corps médical et l’accouchement 🙂

    • Je préfère ne pas le dire sachant que d’autres y ont vécu de bonnes expériences et n’ont pas du tout ce ressenti. J’ai l’impression que c’est tout ou rien.
      Je ne suis pas fâchée avec le corps médical, je les respecte beaucoup, le travail qu’ils font est assez fou mais parfois, certains manquent clairement d’humanité. Comme partout je pense.
      Merci de ton petit message !

  7. ha c’est chouette! la naissance de mr g a aussi été difficile pour moi alors que pour mister m tout s’est passé en douceur, je gardais aussi un mauvais souvenir (mais apparement moins brutal que le tien quand meme)
    en tout cas contente que cette petite lavande ai « effacé » les mauvais souvenirs

  8. C’est hyper touchant comme article. La dureté du début est bien radoucie par ton second accouchement.
    Je suis aussi tombé sur des soignants blessants, dans ces cas là, on n’a pas toujours la force de s’opposer, les hormones, la fatigue, les doutes, le fait qu’on soit à moitié à poil …je pense que c’est normal de ressentir ça, ce qui n’est pas normal c’est leur comportement.
    Quel bonheur ce deuxième accouchement. Moi j’ai vraiment espérer que l’arrivée de mon deuxième réparerait un peu ce que j’avais ressenti avec le premier, et en fait ça a été tellement catastrophique, que je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas tant que ça a réparer avec le premier . C’est une autre façon de voir XD

    • Je suis d’accord avec toi. J’ai toujours du mal à réaliser que leur comportement est anormal, je me remets d’abord en question..
      Je suis vraiment désolée que tu aies eu à affronter un second accouchement très difficile… C’est quelque chose qui laisse des traces mais heureusement, le sourire de nos enfants permet de balayer tout cela.
      Merci de ton petit mot ici !

  9. Joli récit mais ton premier accouchement est un peu flippant quand même… j’ai eu des accouchements difficiles, dans des maternités de haut niveau médical avec des problématiques particulièrement et heureusement, je n’ai jamais été confronté à ce type de réflexion… Ils ne font pas un métier facile mais certains devraient vraiment arrêté…

    Contente de lire que ton deuxième accouchement s’est bien mieux passé et que cela a pu réparé un peu les dégâts du premier !

    Je te souhaite plein d’autres nouveaux accouchements magiques !! Ou pas 😉 !

    Bonne journée

    Virginie

    • J’ose espérer que dans la maternité de haut niveau ou les parents sont confrontés à des difficultés spécifiques à la naissance de leurs enfants, le personnel est formé et aux petits soins !
      Pour les autres accouchements magiques, on verra ..
      Merci de ton petit mot ici.

  10. mon dieu, mais où étais-tu pour ton premier accouchement! c’est hallucinant comment ils t’ont traités, tu m »étonnes que tu l’as mal vécu !!
    je suis bien contente que tout fût largement mieux pour lavande et que tu as pu te réconcilier avec le corps médical, plus compétant, et surtout avec ce magnifique moment d’une niassance !!

Laisser un commentaire