img_2394

Ca surprend souvent les gens mais annoncer certaines nouvelles est pour moi une véritable épreuve.

Les mauvaises, je gère, j’ai l’habitude, faut dire qu’il y en a eu un bon paquet ces dernières années.
Je sais dédramatiser et parfois même en rigoler.

Mais pour les bonnes, c’est pour moi bien plus compliqué.

Je ne sais pas vraiment pourquoi mais je déteste cela.
Je ne sais jamais quoi dire, quoi faire, ni comment me comporter..
Je gère très mal le fait d’être au centre de l’attention et la joie des gens (je ne vous dit pas comme j’étais à l’aise de me marier…).
Je suis gênée et je trouve parfois leurs réactions si enthousiastes que je ne sais comment les accueillir.
J’ai peur de peiner également.
Ceux qui aimeraient nous annoncer de jolies nouvelles depuis si longtemps.
Je pense si fort à eux, à ce qu’ils peuvent ressentir.
Dans ces cas-là, je voudrais me mettre dans un petit trou de souris en attendant que ça se passe.

Je crois que pour moi, ce sont des choses intimes, que je n’ai pas forcément besoin de partager.
J’ai toujours attendu assez longtemps pour annoncer mes grossesses et le fait de garder notre petit secret me plaisait.
Je n’ai pas besoin que la terre entière soit témoin de mon bonheur et cela me met d’ailleurs un peu mal à l’aise.
Non pas que je ne sois pas heureuse mais pour moi, le bonheur ne se mesure pas à l’étalage que l’on en fait.
Ce qui est assez rigolo finalement c’est que chez les autres, cela me fait toujours très plaisir ce genre d’annonces et je me réjouis énormément…

Quand il a fallu annoncer que l’on se mariait, j’ai souvent laissé Papam s’en charger.
J’ai même parfois laisser trainer pour que le message soit passé, quitte à peiner ceux que je n’aurais pas directement informés.
C’est moche, je sais et ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé mais souvent, les mots restaient au bord de mes lèvres, coincés.

Pour la naissance de Petit Colis, c’est encore Papam qui l’a annoncé au cours du repas de notre mariage.
J’ai bredouillé un « merci » en me cachant derrière lui.
C’était un grand soulagement, tout le monde était au courant en même temps.

Cette fois, j’étais bien embêtée.
Aucun évènement pour l’annoncer, des amis et de la famille éparpillés, je ne savais comment procéder…
A priori, les sms ça ne se fait pas (pourtant moi je trouvais cela pratique).
Appeler 25 personnes une par une pour leur annoncer ne faisait pas partie des choses que je me sentais capable d’assumer.
J’ai pensé à la possibilité de laisser le temps faire son oeuvre et forcer les gens à constater mais encore une fois, il parait que cela peut vexer .

Alors, j’ai décidé qu’on allait faire une photo et que je l’enverrais.
C’est bien une photo, c’est silencieux.
J’ai gribouillé des panneaux, ressorti la tenue de naissance de mon Petit Colis et préparé quelques accessoires pour décorer.
Nous avons profité d’une promenade en forêt et promis des bonbons aux enfants en échange de quelques sourires un peu forcés.
Le résultat était à la hauteur de ce que j’avais imaginé et a semble-t-il plu à ceux qui l’ont reçu (sauf ceux qui n’ont pas compris le message mais ça, c’est une autre histoire… ).

J’en profite pour vous remercier pour vos félicitations ici et là.
Cela m’a fait très plaisir et m’a beaucoup touchée.

Et dites, il n’y a que pour moi que ce genre d’annonce est compliqué ?

Crédit photo : Papam.