Je ne sais pas vous mais moi, j’avais mentalement préparé une longue listes de choses que je ferais pendant mon congé maternité.

Trier, ranger, repeindre des pièces, coudre, écrire, lire…
De quoi combler tout ce temps que j’aurais de façon utile et constructive.

Finalement, entre les rendez-vous médicaux, les journées d’école qui filent à la vitesse de l’éclair et la fatigue, je dois constater que je n’ai pas fait le quart de tout ce que j’avais imaginé.

Je crois cependant, qu’il est important de savoir s’accorder quelques petits plaisirs avant le grand chamboulement.

J’ai tenté ici de lister dix choses qui me semblent importantes avant de (peut-être) passer quelques mois ou la fatigue et la nouvelle organisation à trouver nous limiterons.

– Dîner avec son amoureux.
Profiter de la baby-sitter une dernière fois avant quelques mois et passer un moment tous les deux.

-Aller chez le coiffeur.
Pour ma première grossesse, je m’étais dit que je m’accorderai ce plaisir après avoir accouché.
Du coup, je me suis retrouvée avec une coupe et une couleur naze sur toutes les photos, ce qui n’améliore pas son estime de soi souvent déjà bien bas après un accouchement.
Cette fois, j’ai pris les devants et je me suis accordée ce moment.

-Se préparer de quoi se chouchouter à la maternité.
Je ne suis pas une grande consommatrice de produits de beauté, je me limite souvent au minimum dans ce registre-là.
Je pense cependant qu’il peut être agréable de se préparer une petite trousse avec de quoi se faire du bien à la maternité.
Je suis consciente que je n’aurais peut-être pas du tout le temps (ou l’énergie) de les utiliser mais ils seront là, on ne sait jamais.

-Déjeuner avec une copine.
Je le sais, une fois le bébé né, finis les petits moments de liberté pendant quelques temps.
Alors, je prends le temps de déjeuner avec une copine, un midi.
Rire un peu et flâner avant de rentrer sans personne d’autre que soi à s’occuper.

– Ranger et trier.
Je suis une bordélique (qui se soigne) que le bordel déprime, allez comprendre.
Avec Papam, nous avons passé beaucoup de temps à trier, donner, vider, ranger…
Faire de la place dans notre maison pas si grande pour ne pas se sentir débordés une fois le bébé arrivé.
Je peux vous dire que cela fait le plus grand bien.

– Une séance de cinéma.
C’est sûrement personnel mais c’est une des choses qui me manque le plus depuis que je suis maman.
Avant, j’allais au cinéma une ou deux fois par semaine (merci la carte UGC).
Assez librement, dès que j’avais un peu de temps.
Depuis que j’ai eu mon Petit Colis, les fois où j’ai été au cinéma se comptent sur les doigts d’une main. Alors je m’étais promis que je m’offrirais un bon film, en tête à tête avec moi, juste pour profiter de ce temps-là.
Ce n’est pas encore fait parce que je me suis laissée déborder mais j’ai encore trois semaines pour y arriver !

-Une visite chez l’ostéopathe.
Lors de ma première grossesse, j’ai fait une séance juste après l’accouchement, je ne savais pas en fait, qu’on pouvait le faire aussi avant !
Ma préparation était d’ailleurs beaucoup centrée sur « l’après » .
Une fois le bébé arrivé, comment s’en occuper, allaiter la rééducation à effectuer…
Cette fois, le travail a été aussi effectué sur « l’avant » et c’est ce que je souhaitais.
Me préparer à ce grand moment qu’est l’accouchement, autant psychologiquement que physiquement.
Et pour cela, rien de tel qu’une petite visite chez l’ostéopathe pour se préparer en douceur.

-Aller nager.
Sur la liste des choses que je devais faire et que je n’ai pas encore pris le temps d’organiser.
Aller nager une heure.
Sentir mon corps libre dans l’eau et flotter librement.
Peut-être même aller dans une piscine avec un espace détente pour profiter des jets et du jaccuzzi.
Pour la semaine prochaine si je suis encore là, on verra !

-Passer des moments privilégiés avec le grand.
À l’aube de ce grand chamboulement, j’ai essayé de prendre quelques moments pour faire des choses avec mon grand.
Prendre du temps tous les deux et le rassurer sur ce qui va arriver.
C’est me rassurer aussi et me dire que j’en ai profité.

-Dormir et se reposer, sans culpabilité.
Je suis du genre à culpabiliser d’avoir fait la sieste au lieu de préparer un goûter maison pour mon fils.
En fin de grossesse, j’ai été obligée de lâcher du lest et d’accepter que j’ai des limites et que je ne peux pas tout gérer.
J’ai donc dormi (souvent) l’après-midi, dit non aux invitations à ce moment-là pour dormir en même temps que mon Petit Colis et recharger les batteries.
Quand les nuits sont compliquées, cela fait vraiment du bien de récupérer en journée.

Et chaque matin, se demander si c’était la dernière nuit sans se réveiller pour son bébé…

Et vous, vous vous êtes accordés des plaisirs en particulier avant d’accoucher ?