dsc_7804

Longtemps j’ai comparé, longtemps j’ai subi cette image de ce qu’elle était.
Si présente, si importante.

L’EX-la-maman-des-enfants.

Celle qui lui avait donné les plus beaux des cadeaux.
Celle avec qui, il avait tant construit.
Il y avait elle et puis moi, si petite face à tout cela.

Nos différences, je les sais, je les vois.

Dans ses enfants si calmes, je vois sa patience et sa pondération.
Moi qui suis volcanique et légèrement hystérique.
Dans les valises toujours bien ordonnées je vois tout ce que je ne serai jamais.
Dans les vêtements des enfants, je vois nos goûts, si différents.
Dans les choix, les achats et les projets, je vois nos modes de vie et nos priorités, souvent très éloignées.

Je parle toujours trop vite quand elle pèse chaque mot.
Elle ignore les problèmes quand je les prends à bras le corps.
Je m’angoisse, elle ne se fait pas de souci.
Je parle et elle se tait.
Elle décide et souvent je subis.

Je connais les plats qu’elle n’aime pas manger et ses chanteurs préférés.
Je sais certaines de ses habitudes et ce qu’elle a fait le week-end dernier.
Les enfants étant souvent très loquaces quand il s’agit de leur maman.

Je sais des choses que je préférerais ignorer mais il est malheureusement impossible pour une belle-mère de ne pas avoir à les écouter.
Parce que je me suis promis de ne jamais les empêcher d’en parler.

Je pense souvent à la vie que Papam a pu avec elle, mener.
À l’opposée de celle qu’il a choisi aujourd’hui.
Je me suis demandée parfois, si je faisais le poids.

Ils sont derrière moi, les moments où j’avais peur qu’il puisse le regretter et y retourner,
même si longtemps, je l’ai redouté.
À croire que l’amour que Papam me porte, le temps et la construction de nos projets ont aidé à me procurer un sentiment de légitimité.

Il est compliqué je crois, d’imaginer les sentiments que cela va générer de devoir cohabiter et partager avec quelqu’un qu’on n’appréciera sûrement jamais.
Cette personne qui, comme une ombre plane sur notre couple et notre intimité.

On la jalouse, on la diabolise, on la déteste et on finit par l’accepter, où du moins on essaie de l’oublier, afin de se permettre d’avancer.

Je sais qu’ils vont tout lui raconter.
Je sais qu’elle va sûrement juger et peut-être même désapprouver.
Mais je sais qu’on essaie de se respecter
parce que pour eux, c’est quand même mieux.

Je sais qu’elle est beaucoup de ce que je ne serai jamais.
Je sais que je suis son opposée et je crois que c’est tant mieux, c’est vrai, puisqu’entre eux, cela a fini par ne plus fonctionner.

Et vous les EXs c’est compliqué ?

Crédit photo: Papam