Être une famille recomposée, c’est ne pas vivre ensemble à temps complet. C’est vivre certains évènements chacun de son côté et faire au mieux lorsque l’on se voit pour se raconter et se rassurer. C’est également, parfois, vivre éloignés et ne pas savoir exactement où ils sont à chaque moment de la journée.

Alors en ces temps troublés, ou l’on s’inquiète plus qu’à l’habitude, où l’on déclenche des plans sécurité, des alertes et des recommandations à observer ce n’est pas toujours facile de ne pas paniquer.

Ne pas s’alarmer lorsqu’elle nous explique que les journalistes étaient dans son quartier. Tenter d’en parler avec légèreté et de ne pas dramatiser.
Faire confiance dans les décision que l’autre va prendre tout en sachant qu’on ne peut complètement assurer leur sécurité.

Ce matin, alors que l’était d’urgence dans leur pays, dans leur ville a été déclaré, j’étais si rassurée de les savoir à nos côtés, de pouvoir les serrer très fort et me dire que nous étions tous rassemblés.
Et j’ai pensé à leur maman et à ce qu’elle devait ressentir de les savoir éloignés et mon coeur s’est serré.

En ces temps troublés, où l’on aimerait tous rester serrés bien au chaud sur le canapé pour les protéger, j’ai une grande pensée pour les familles comme la mienne qui sont toujours obligées de penser à ceux qui manquent à leurs côtés.

Je vous souhaite un doux week-end.