Grossesse : comment se sentir bien accompagnée ?

Grossesse : comment se sentir bien accompagnée ?

274
12

Je suis quelqu’un qui ne sait jamais trop comment choisir les médecins.

Parce que ceux qu’on va me conseiller ne vont pas forcément me convenir et qu’on a tellement déménagé ces dernières années, que je n’ai pas eu l’occasion de vraiment en essayer.

Quand j’ai un rendez-vous à prendre, il m’arrive, face à une liste, de choisir en fonction du nom de famille, imaginant celui qui sera le plus sympathique…
C’est ainsi qu’une personne nommée « Flageolet » m’a parue plutôt bien choisie, jusqu’à ce que je la rencontre…

Lorsque je suis tombée enceinte de Petit Colis, je ne savais vraiment pas ce que je devais faire. J’ai donc pris rendez-vous chez un gynécologue, la première que j’avais trouvée, qui prenait encore des patients et en moins de 6 mois.

Je me souviens qu’après un rapide examen, elle m’avait donné une pile d’ordonnances et m’avait dit de revenir dans 3 mois avec les résultats.

J’avais débarqué le lendemain, complètement paniquée, chez mon généraliste parce que ce rendez-vous n’avait vraiment pas suffi à la personne inquiète et paniquée que j’étais d’avoir découvert que j’attendais un bébé.

C’est ma généraliste qui m’a suivie chaque mois puis, qui a passé le relais à une sage-femme qui m’a préparée à l’accouchement.
J’ai découvert cette profession que je ne connaissais pas du tout (à part celles qui assurent les accouchements).
Je me suis inscrit dans une clinique pour l’accouchement et j’ai du y effectuer la fin de mon suivi.

J’y ai choisi un gynécologue sur une liste.
J’ai encore joué au jeu du nom de famille, un jeu ou je suis définitivement souvent perdante.
L’accouchement et le séjour ne sont pas passés comme je l’imaginais et je m’étais promis que plus jamais !

Puis, un jour, qui arrive bien plus vite qu’on ne se l’était imaginé, arrive une deuxième grossesse et la question du suivi vient à nouveau se poser.

Ma super généraliste ayant déménagé et n’ayant jamais pris le temps de chercher à la remplacer, je n’avais personne vers qui me tourner.
Je suis donc retournée voir le gynécologue qui m’avait suivi après mon accouchement, un peu plus sûre cette fois de comment les choses allaient se dérouler.
C’est lui qui a réalisé les examens chaque mois et les échographies.

Lors de la visite du sixième mois, il m’a reçue en retard, comme d’habitude.
J’ai regardé l’heure juste avant d’entrer dans le cabinet.
Il m’a fait me déshabiller, m’a examinée, m’a remis mes ordonnances et m’a dit qu’on se revoyait le mois prochain.
J’ai tenté de poser une ou deux questions qu’il a balayé rapidement.
J’ai payé les 65 euros de la consultation et j’ai regardé ma montre.
Huit minutes s’étaient écoulées.

J’ai réalisé qu’il ne m’avait jamais demandé comment je me sentais, jamais demandé ce que je faisais dans la vie, si je vivais bien cette grossesse ou si, tout simplement j’avais des questions.
Il se contentait à chaque fois d’un examen rapide et froid, sans considérer la personne que j’étais.
Tout cela, bien sûr, avec un dépassement d’honoraire conséquent.

Le prix à payer pour être rassurée ?
C’est ce que je pensais.
Un gynécologue avec de l’expérience c’est mieux.
On n’est pas là pour se lier d’amitié mais pour la santé du bébé.
Oui mais moi dans tout cela ?

Moi, j’ai eu un déclic cette fois-là et j’ai décidé de ne plus y retourner.
J’ai décidé de chercher une sage-femme en questionnant mes amies, j’aurais pu avoir l’idée avant vous me direz… et de trouver un hôpital qui me conviendrait.

J’ai décidé de ne plus subir mais d’être celle qui décidait.
De me faire confiance et de m’écouter.

J’ai trouvé une sage-femme et sa première question a été de me demander comment j’allais et moi, j’ai pleuré sans pouvoir m’arrêter tellement j’étais décontenancée.
J’ai choisi une maternité que beaucoup m’ont recommandée et qui a un label « amie des bébés ».

J’ai « choisi » et « décidé » et cela apporte beaucoup de sérénité.

Les sages-femmes, et je l’ignorais, peuvent en plus assurer le suivi gynécologique et la pose de stérilet et ce, sans aucun dépassement d’honoraire et interminables délais.
Si je l’avais su plus tôt, je me serai acheté des robes avec l’argent donné au gynéco!

Je ne peux garantir que cette fois, les choses se passeront sans accroc mais elles seront davantage comme je les ai imaginées et je serai entouré de gens bienveillants, c’est sûrement le plus important.

Et c’est la seule chose que je peux vous conseiller.
De vous écouter et de vous faire confiance afin de bien vous entourer et de ne rien avoir à regretter.

Et vous, vous avez eu du mal à savoir vers qui vous tourner lorsque vous avez appris que vous attendiez un bébé ?

12 commentaires

  1. Ma première obstétricienne était géniale car elle prenait vraiment le temps de tout expliquer. Elle était très proche de ses patientes. Par contre, il ne fallait pas être pressée. Il y avait minimum 2h d’attente et encore, c’est si elle n’était pas appelée pour un accouchement … Puis elle a pris sa retraite. Alors je suis retournée voir l’obstétricien que j’avais choisi par hasard à 19 ans pour un souci gynéco. Je l’ai choisi aussi parce que le hasard a fait qu’il pratique mon 2ème accouchement, mon obstétricienne étant en congrès au Brésil. Bref, il est assez froid, assez directif mais très bien tout de même cependant je n’irai plus le voir car il est à Roubaix et ça fait loin de chez moi. Avant j’y allais du boulot, c’était plus pratique. Mais je ne travaille plus à Tourcoing maintenant. Du coup, je cherche un nouveau gynéco pour faire mes frottis et je suis perdue. Comme toi, je suis du genre à choisir selon ce que m’inspire le nom de famille.

    Pour les 2 premiers, j’ai aussi accouché dans une clinique label amie des bébés à Roubaix, mais elle a été détruite depuis.

    • Justement, une sage-femme peut faire tes frottis, certains généralistes le font également !
      Sinon, sur google, il y a maintenant des avis sur les praticiens, je ne le savais pas, c’est une amie qui me l’a expliqué !
      J’espère que tu trouveras !

  2. Comme je me retrouve dans ce que tu dis ! Pour ma première grossesse, c’était ma (ex-)géneraliste qui me suivait. Jamais un « comment vous vous sentez? », alors que j’étais à bout de nerfs, au bout du rouleau, j’imagine que ça se voyait, cette grossesse arrivant après 2 ans sans vacances, et mon métier est assez fatiguant physiquement.
    Et puis pareil, j’ai commencé mon suivi à l’hôpital où j’allais accoucher, pareil, un hôpital « ami des bébés », et je m’en rend compte avec ce que j’ia vécu là-bas, aussi ami des mamans. Premier rendez-vous avec la sage-femme, alors, comment elle se passe cette grossesse, comment vous sentez-vous? Pareil, j’ai fondu en larmes, j’en étais à 5 mois de grossesse, des contractions dès que je devais soulever un carton ou m’accroupir pour attraper un livre sur une étagère un peu basse, on était en pleine période de Noël donc du boulot pour 15, plus de sommeil, et la trouille, mais alors la trouille ! Je suis sortie de ce rendez-vous en la bloquant pour toutes mes prochaines consultations, et avec un poids énorme en moins sur les épaules ! Franchement, les sages-femmes, je n’aimerais pas être à leur place (moi le jour de l’accouchement : franchement, ça vous plaît vraiment de regarder des touffes toute la journée??), mais qu’est-ce qu’on ferait sans elles !? ❤️

  3. pour ma dernière grossesse, je me suis écoutée et j’ai choisi jusqu’à 6 mois, de voir ma généraliste par contre un coup de cafard quand j’ai commencé le suivi à l’hopital, mais je suis contente quand même car elle était à l’écoute et puis comme elle suit les enfants, on se connaît maintenant 🙂 s’écouter, excellent conseil, bises

  4. oulalala mais heureusement que tu as fini par t’écouter!
    c’est quoi ces médecins inhumains… moi j’aurais changé depuis longtemps !!
    pour ma part ma gynéco de ville est super, j’ai été bien conseillé et pour rien au monde je n’en changerais… elle a fait mes suivis de grossesse jusqu’au septième mois où c’est l’obstétricien de la clinique qui peut enfin me recevoir… mais je préférais aller chez ma gynéco… elle est plus douce… cependant, j’avoue que celui de la clinique a au moins le mérite de s’intéressait à moi, pas comme toi tu l’as vécu…
    par je sais quel médecin je ne voudrais pas… j’ai du le subir deux fois, et je me suis promise que la prochaine fois je l’envoie ballader s’il ose s’approcher de moi! en fait, ma fille est née en juilletn et donc en plein pendant les congés de mon gynéco de la clinique.. je me suis retrouvée avec son confère… une brute qui n’écoute pas ses patientes et qui fait des dépassements d’honoraires sans te prévenir en plus ! C’est à cause de lui que j’ai eu une épiso de merde… qui mal finit… infection et les fils qui ont fini par lâcher… j’ai jamais autant souffert de ma vie…
    alors si un jour je dois de nouveau donner la vie, je sais que je ne voudrias pas de ce typer dans le coin, même si mon gynéco est en retraite, comme je l’ai entendu dire….
    comme toi, j’envisagerais d’être suivie par une sage femme libérale. Ma gynéco de ville est super, mais vers la fin de la grossesse c’est vrai que c’est un peu trop de route pour moi…
    Alors petite question, au cas où vraiment un jour on décide d’un autre enfant, la sage femme elle peut te suivre jusqu’à la fin? Sans que tu passes par l’obstétricien de la clinique où tu veux accoucher? J’avoue que c’est une idée qui m’enchanterait mais qui me stresserait aussi car pour ma seconde grossesse je devais être suivie de très près, avec menace d’hospitalisation car je risquais d’accoucher prématurément…
    en tout cas, bravo d’avoir su enfin prendre le taureau par les cornes et faire tes propres choix !!

    • Je pourrai te le confirmer dans quelques mois mais lorsque j’ai eu mon rendez-vous à la clinique pour l’admission, ils m’ont demandé si je préférais être suivi par ma sage-femme ou par eux. J’irai donc pour la consultation avec l’anesthésiste et la dernière écho ainsi qu’un rendez-vous le dernier mois mais sinon, je pense que ma sage-femme me suivra jusqu’au bout. J’imagine que c’est possible tant qu’il n’y a pas de complication… Si c’était le cas, je ne sais pas trop comment cela se passerait…
      Merci beaucoup, j’ai mis du temps à me décider mais je suis heureuse de l’avoir fait !

  5. J’ai fait toute la fin de suivi de ma 2ème grossesse avec une sage-femme car ma gynéco habituelle ne le fait pas et personne pour me prendre à l’hopital et comme toi, déclic … je me suis demandée pourquoi je n’avais pas pensé à me faire suivre depuis le début de ma grossesse par une sage-femme, celle que j’ai rencontrée était bien plus à l’écoute, rassurante et bienveillante. Bref, si jamais (par le plus grand des hasards) on décide de faire un numéro 3, c’est sur que j’opterai pour un suivi par une sage-femme du début à la fin.

  6. C est vrai que c’est très compliqué de trouver une personne de confiance et rassurante dans ce genre de situation… moi aussi j’ai décidé de me diriger vers une sage femme sur les conseils de ma belle sœur qui était enceinte quelques mois avant moi. Je n’ai pas souhaité avoir la meme qu’elle mais la sienne à su me conseiller une de ses consœurs qui s’est avéré être une personne douce et délicate et durant ma grossesse c’est tout ce que je demandais ! J’avais vraiment besoin de quelqu’un qui me rassure et je me suis sentie soulagée d’un poids en la rencontrant !

Laisser un commentaire