Il y a les urgences…

Il y a les urgences…

248
16

 

Il y a l’instant que l’on met à réaliser ce qu’il vient de se passer.
Il y a ces quelques secondes qu’on aimerait pouvoir rejouer.
La soupe qu’on est en train de mixer, l’enfant qui tire sur le fil et quelques gouttes qui lui tombent sur le visage.
Il y a les minutes qui suivent, celles où l’on tente de rassembler ses esprits, avoir les bons réflexes, ceux qu’on a appris en théorie.
Sauter dans la voiture et aller à la pharmacie.
Le regarder, lui parler, lui dire que ça va aller.
Lui, souriant qui ne comprend pas pourquoi on se met dans cet état là.
Il y a les longues heures d’attente.
Les urgences, les questions sans réponse.
La salle d’attente bondée et papa qui doit encore arriver.
L’inquiétude, les larmes qui ne cessent de couler et cette énorme culpabilité.
Les regards des parents inquiets, hagards, qui attendent eux aussi.
Certains en silence et d’autres répétant inlassablement les évènements, parler comme un exutoire surement.
Les enfants qui jouent, qui courent et qui crient si insouciants.
Cette grosse machine, ces protocoles, les « je ne peux pas me prononcer ».
Ces gens qui font au mieux avec ce qu’on leur a donné et notre envie d’hurler que nous sommes la priorité, même si au fond on le sait, ce n’est pas vrai.
Les heures qui s’écoulent, l’angoisse que l’on doit surmonter et la patience à apprivoiser.
Penser au pire, espérer le meilleur.
Se repasser en boucle les évènements, se demander pourquoi on ne l’a pas évité.
Mais comment ils font les autres pour refaire des enfants, pour réussir à supporter?
Comment on fait nos parents avec tout ce qu’on s’est cassé?
Il y a le jour d’après, celui ou mal réveillé on y retourne pour le faire examiner.
Lui enfiler un pyjama trop grand, regarder son petit bracelet, le même que celui de la maternité.
Avoir le cœur serré.
Le bercer sans s’arrêter et lui dire que tout va bien aller.
Les longs couloirs et l’au-revoir à la porte du bloc opératoire.
Croiser des enfants, des parents qui forcent le respect.
On sait leur courage et on entrevoit cette souffrance qui ne devrait pas exister.
Attendre encore et toujours, essayer de se raisonner.
Finir par le récupérer, écouter, questionner, être soulagée signer et enfin rentrer.
Il y a les semaines qui, je l’espère, vont nous aider à cicatriser au propre comme au figuré.
Et il y a tous vos mots qui m’ont tellement aidée, je vous remercie. 
Petit Colis va bien et nous espérons que tout cela sera vite réparé.

 

16 commentaires

  1. Zut, j&#39;ai raté cet incident sur instagram :-/<br />Chaudoudoux à vous.<br />Ne te culpabilise pas. Une fois, Chichi a reçu de la sauce bolognaise parce qu&#39;il voulait absolument que je le porte alors que je mettais la table … Heureusement, elle avait un peu refroidi. Une autre fois, en vacances, il a reçu du chocolat bouillant sur le pantalon, encore parce qu&#39;il voulait que je le

    • Merci pour ces mots rassurants.<br />C&#39;est sur le visage au niveau de la jouer et l’œil, c&#39;est surtout pour cela que les médecins se sont pas mal inquiétés. Il cicatrise déjà, nous sommes rassurés. Comme tu le dis si bien, s&#39;il reste une trace, cela sera sa marque de fabrique.<br />Pour le soleil oui, je pense que ça va aller!

  2. Ne te culpabilise pas, tu n&#39;y es pour rien c&#39;est ce qu&#39;on appelle un accident de la vie, au contraire moi je te félicite d&#39;avoir eu les bons gestes et les bons réflexes. Je croise les doigts pour qu&#39;il n&#39;y ai pas de marques. Bisous de réconfort à vous

  3. je n&#39;ai pas instagram alors je ne savais pas…donne nous de nouvelles, et plein de bisous guérisseurs….c&#39;est vrai ne culpabilise pas je sais plus facile à dire qu&#39;à faire…à la maison j&#39;ai mon lot avec un cascadeur alors je te comprends et surtout ton coeur de maman qui souffre pour lui, des gros bisous

    • Pas de problème, je sais que tout le monde n&#39;est pas sur Instagram.<br />Ça commence déjà à cicatriser mais je donnerai des nouvelles. <br />Je crois qu&#39;on doit s&#39;y préparer car il n&#39;est pas d&#39;une nature très calme…<br />Merci beaucoup pour tes baisers!

  4. j&#39;ai suivi un peu sur IG, et tu as eu les bons reflexes. On ne peut pas tjs les protéger, malheureusement…pas facile tous les jours.<br />Mais du coup, j&#39;avais pas compris : il a été opéré au final ? que lui ont t&#39;il fait ?<br />j&#39;espère qu&#39;il va mieux ton petit colis d&#39;amour. Bisous

    • Lorsqu&#39;il s&#39;agit de tout petits, comme il n&#39;est pas facile de les examiner, ils les anesthésient afin de pouvoir effectuer les soins. Ils l&#39;ont donc emmené au bloc mais comme la brûlure était superficielle, ils me l&#39;ont finalement ramené et nous avons pu rentrer à la maison avec une crème. Énorme soulagement! <br />Petit Colis pète la forme et maintenant, nous attendons la

  5. Alors ça, c&#39;est la plus grande peur de notre vie! On culpabilise vite en plus et on s&#39;en veut à mort! Moi j&#39;ai du mal à rester calme et réfléchir, c&#39;est mon homme qui sait garder la tête froide et une fois que tout est fini c&#39;est là qu&#39;il lâche son angoisse.<br />J&#39;espère que ton petit ne gardera pas trop de trace… Il ne s&#39;en souviendra même pas lui sauf dans tes

    • Mon fils est le champion pour tomber sur la tête. La dernière fois il a pris le pan d&#39;une porte. La bosse prête à exploser. Deux fois les urgences pour cette bosse car entre deux il avait vomi. Il a eu un bleu durant des semaines et aujourd&#39;hui on voit encore le trait de cet accident de parcours. Il a couru et glisser alors que je l&#39;avais prévenu maintes fois! Il a aussi un léger

  6. Même en sachant que tout s&#39;est bien terminé, ton article me fait frissonner ! Et tes mots font écho en moi. On est tous passé par là, une fois, deux fois, trois fois…. Peut-être qu&#39;on s&#39;endurcit, avec le temps ? Je ne sais pas. Je ne crois pas. Si tu as 5 min à perdre, voilà le dernier passage aux urgences de la nôtre : http://dianejolie.monbebeblog.com/3500301/15h15/ Comme je te le

Laisser un commentaire