Illégitime

Illégitime

224
3

Illégitime.

C’est souvent le sentiment que j’ai ressenti en enseignant sans être passée par la grande porte, celle des concours, de la titularisation et du titre de fonctionnaire.

Le sentiment d’être un faux enseignant, un enseignant au rabais.

Un concours accessible en licence qui passe au master (qu’on n’a pas), une proposition de poste, puis une autre puis encore une et nous voila sur le terrain, sans envie ou possibilité de se remettre pour deux ans dans les bouquins.

Pour ceux qui ne le sauraient pas, il y a pleins d’enseignants qui sont vacataires ou contractuels, de plus en plus d’ailleurs dans certaines académies tant la difficulté à recruter est croissante.

Là ou la plupart des collègues ne font souvent pas la différence, préférant s’attarder sur les qualités humaines et le travail fourni, certains autres te font savoir qu’ils ont eu le concours, qu’ils sont même agrégés. Je les respecte pour le temps qu’ils ont passé à préparer et à avoir ce concours si exigeant, je pense cependant qu’il est inutile de me mépriser pour autant. Parce que cela fait du mal, gratuitement.

Et même si au quotidien ça se passe souvent bien, on est ballotés, un peu malmenés, oubliés par la direction ou traités comme des pions et payés quand on en aura le temps… Le lendemain devient alors très angoissant. Les projets d’avenir, inexistant.

Après plusieurs années de ce traitement, la naissance de mon fils m’a fait remettre en question tout cela.

Oui, j’aime enseigner, j’aime être face à une classe et leur transmettre des savoirs et leur raconter des histoires.

Non, je n’aime pas mon statut, ma situation et la facon dont je suis traitée. J’ai bien tenté d’en parler mais on m’a répondu : « madame, c’est ça ou vous allez voir ailleurs! »

Le temps d’aller voir ailleurs est sans doute venu alors pour moi. Cependant, quand on sort de plusieurs années d’enseignement dans le public, je peux vous dire que cela n’est pas simple. On a une image qui colle à la peau et il est bien difficile de s’en défaire.

J’espère pouvoir trouver quelque chose qui me convient ou je serai traitée comme quelqu’un. J’espère pouvoir trouver un équilibre, pour ma famille, pour mon fils et surtout, pour moi, enfin.

J’ai remarqué que beaucoup de personnes remettaient en question leur vie professionnelle à la naissance d’un enfant, c’est peut-être un déclencheur qui nous donne la force de tout remettre en question…

 

3 commentaires

Laisser un commentaire