J’ai du mal à le réaliser, quand je regarde cet énorme bidon que je n’arrive vraiment plus à cacher.
Cela paraît être passé à toute vitesse et en même temps, ils semblent loin les premiers mois de nausées.

Mercredi, c’était la dernière échographie.

J’y allais, comme à chaque fois, tremblante de ce que l’on pourrait m’annoncer.
N’ayant presque pas dormi de la nuit en grande angoissée.
Sans Papam pour la première fois de cette grossesse-là, mais mon Petit Colis avec moi.

Sur l’écran, je ne vois pas grand chose alors je scrute le visage du médecin.
Je suis attentive à ses moindres expressions et hésitations.
Elle regarde un à un les points à contrôler, m’explique ce que l’on est en train de regarder. J’acquiesce, souvent sans comprendre vraiment.
Je regarde mon Petit Colis qui est sage et me sourit.

Ce bébé semble en bonne santé.
Un gros bébé qui fait déjà 2,270 kg à 32 semaines et qui est tout en haut de la courbe.
Pas de diabète, nous avons déjà vérifié mais il va falloir le surveiller.

Sur le coup, j’ai un peu paniqué.
Cela a fait remonter beaucoup de souvenirs de mon premier et de l’accouchement compliqué où personne n’avait anticipé un si gros bébé.
De la panique que cela avait provoqué et du sentiment d’impuissance qui m’habitait.

Heureusement, la sage-femme a pu me rassurer et m’assurer que je n’avais rien à me reprocher.
Foutue culpabilité !
Alors que c’est plutôt de la faute de Papam qui ne sait faire que des gros bébés !

Ce ne sont que des estimations, je sais et ce bébé peut encore nous étonner.

Nous voilà partis pour la dernière ligne droite.
Celle où il faut se mettre à préparer les petites affaires et la valise de maternité.

Où les derniers examens vont s’enchainer et où l’on ne sera plus sûr de rien lorsque l’on se lève chaque matin.

Nous t’attendons petit bébé de mai.