La maison abandonnée.

La maison abandonnée.

115
12

Je me souviens de cet été là.

Ma mère m’avait demandé: « Marie, j’aimerais que tu viennes avec moi, j’ai trouvé un chemin et je veux explorer, je suis sure qu’il y a un joli endroit à voir. Quand j’étais enfant, j’en ai entendu parler,  et maintenant, c’est une maison abandonnée ».

Je l’ai suivie en trainant les pieds: « Je suis sûre que tu vas encore nous entrainer dans une galère! ».
Elle m’ignorait: « tu retiens le chemin hein pour le retour! » et je répondais: « Tu es sûre ce n’est pas surveillé? ».

Elle elle se moquait parce que j’ai toujours été un peu flippée alors qu’elle aime tant faire ce genre d’expédition…

On a grimpé, escaladé, traversé et fait quelques petites choses interdites.
Elle m’a fait faire le guet, on a du se planquer et je me suis griffée.
Elle m’a dit: « tu crois que c’est une tenue pour partir en mission repérage! »

Puis on y est arrivé.

Il y avait un panneau  de ce genre là: « Domaine fermé par ordre… risque d’éboulement… ».

On a escaladé.

Je me souviens que j’étais impressionnée, presqu’intimidée, dès la porte d’entrée. J’ai pensé que pour une fois, elle n’avait pas menti.

On a descendu un étroit escalier en fer forgé, poussé une porte rouge à la peinture écaillée et on l’a découverte, cette maison abandonnée.

Taillée dans la falaise, dans le calcaire, chaque partie avait été étudiée. Si petite et si belle.
Face à la mer et à son immensité et qui procurait un tel sentiment de liberté.

Une maison incroyable comme jamais je n’aurais imaginé que cela puisse exister.
On a tout regardé et on n’arrivait pas à réaliser…

Pourtant les traces de vie le prouvaient, des gens y avait vécu ici et jusqu’à récemment. On avait du leur demander de laisser leur maison.

Il fallait être un peu fou pour vivre dans un lieu tel que celui-là, pour le concevoir, l’imaginer.
Mais quelle douce folie d’avoir osé et de pouvoir en profiter….

J’ai pensé à leur tristesse et à la difficulté d’ abandonner ces souvenirs. J’ai pensé à la chance qui m’était donné d’avoir pu y pénétrer.
J’ai surtout eu le cœur serré de me dire que bientôt, plus personne ne pourrait l’admirer.

Tout l’été nous y sommes allés nous y promener.

On l’a baptisée la maison enchantée, cliché mais vrai.

J’y ai emmené mes amies et je me souviens qu’elles m’ont remercié et j’ai su qu’elles avaient elles aussi été touchées . Nous nous sommes assises sur le banc de pierre face à la mer et ce moment là, restera gravé.

L’été suivant, la porte avait été murée, impossible d’y pénétrer. Notre maison enchantée était définitivement  impossible d’accès.

Mais souvent encore il m’arrive d’y penser…

Je vous y emmène le temps de quelques clichés…

 
  
 

Je regrette seulement de ne pas avoir pu y emmener Papam, il se serait régalé et j’aurais eu de beaux clichés!

12 commentaires

  1. oh oui c'est très joli ! cela me fait penser au maison creusées dans la roche à Mescher sur Gironde (grotte de Matata entre autre). Un bien bel endroit que vous aviez découvert en effet…

  2. ta maman était aventurière lol. Jamais la mienne ne m&#39;aurait proposé de faire cela et pourtant cela m&#39;aurait bien plu !<br />Quelle étrange demeure… Je comprends ce que tu veux nous dire par ton émerveillement… Se dire qu&#39;elle a vécu et que maintenant elle est seule et fermée…<br />Par chez moi, on a la maison du Pendu…. Une maison qui a son histoire et que je voudrais faire

  3. Je te suis sur insta. Je tombe sur cette article qui est magnifique les photos sont superbes.<br />Tu as eu vraiment de la chance de découvrir cette magnifique maison.

Laisser un commentaire