img_0971

Nous sommes  une famille recomposée.

Je préfère dire composée, de nous et de beaucoup d’amour pour tout faire tenir en équilibre.
Je le répète souvent mais il en a fallu du temps pour que l’on trouve notre place et une certaine sérénité.

Cet été, les enfants ont vu leur maman se remettre avec quelqu’un et créer avec lui, sa propre famille recomposée.
Je l’ai longtemps redouté, je le reconnais.
C’était confortable quand tout est toujours si compliqué, de ne pas avoir cet aspect dont se soucier.
À la rentrée, il a été difficile de voir les enfants s’éloigner et leurs visites s’espacer.
La peur d’un inconnu et d’un quotidien bouleversé.

Faire partie d’un ensemble de plusieurs familles qui tentent de s’imbriquer entre elles, par des liens plus ou moins compliqués et essayant de vivre en harmonie, ou du moins, le mieux possible sans trop s’abîmer.

Avec des enfants, beaucoup.
Jeunes et moins jeunes qui ont chacun des parents, des beaux-parents et un chemin à tracer.
Sacré chantier !

Cela en fait du monde à contenter, des calendriers à concilier et des personnes à ne pas contrarier.
Les enfants ont, de leur côté désormais, une nouvelle famille recomposée.

Comme il n’est pas facile pour eux de s’y habituer.
De se faire à ces nouvelles règles, à ce nouvel environnement et surtout, de partager leur maman.

Comme il est difficile pour nous de parvenir à garder notre place, à ne pas s’inquiéter ou s’immiscer.
Ecouter les récriminations sans paniquer ou juger.

J’ai du mal à y arriver, je le sais.
Je suis angoissée, impulsive et je réfléchis souvent après.
Ne pas m’inquiéter lorsqu’ils me disent que la semaine ne s’est pas bien passée et qu’ils en ont assez. Ne pas toujours croire leurs histoires.

J’ai toujours tendance à trop les écouter et je sais que pour cela, Papam a bien plus de recul que moi.
Il parvient à dialoguer et faire respecter ses volontés de père là ou je pense que je m’énerverai.

C’est un nouveau défi à relever que celui d’apprendre à faire confiance à cette nouvelle famille recomposée.
Ne pas laisser les enfants jouer de nos différents et apprendre à s’écouter sereinement pour pouvoir cohabiter en toute sérénité.

Et vous, vous y avez été confrontés ?