img_2518

Annoncer l’arrivée d’un nouveau venu dans une fratrie est un moment important.

Pour les enfants et les parents.

Pour Petit Colis, nous leur avions expliqué les choses simplement.
À l’époque, ils étaient plus petits (6 et 3 ans) et ils n’ont vraiment réalisé que les choses changeaient qu’une fois le bébé arrivé.
Leur maman avait été prévenue dans la foulée car nous tenions à ce qu’elle ne l’apprenne pas par des amis communs.
Nous en avons ensuite beaucoup parlé, nous les avons associé à l’arrivée du bébé et tout s’est, je pense, plutôt bien déroulé.

Les choses sont, je trouve, source de davantage d’angoisse dans une famille recomposée et tout le monde a mis pas mal de temps à trouver sa place et son équilibre quand Petit Colis est venu tout chambouler.
Ils ont toujours su qu’un jour, nous aurions un autre enfant.
Nous en avons toujours parlé librement comme une éventualité car nous tenions à les y préparer.

Nous voulions leur annoncer avec Papam une fois que les examens du 3ème mois seraient effectués et que nous serions rassurés…
Nous ne voulions pas que le temps leur paraisse trop long non plus donc autant attendre un peu.

Mais les choses ne se sont pas passées comme nous l’avions imaginé…

Un samedi, que nous étions partis nous promener et que nous n’avions pas le courage de faire à déjeuner, nous avons décidé d’aller tous les cinq au restaurant.
Chose assez rare lorsque nous n’avons rien de particulier à fêter alors les enfants étaient ravis.

Nous commandons dans la joie et la bonne humeur et au moment où l’on me sert, je constate avec effroi que ma viande est saignante.

« Excusez-moi monsieur, pouvez-vous me cuire davantage cette viande, j’avais demandé bien cuit. »
Le serveur, lève les yeux au ciel un brin excédé et j’ajoute comme pour me justifier: « je suis enceinte c’est important ».

Grossière erreur de belle-mère débutante qui a oublié que certes, son fils ne sait pas ce qu’est « être enceinte » mais que les grands de 10 et 7 ans, eux, le savent très bien.

Je croise leurs regards médusés: « mais tu es enceinte ?! Tu attends un bébé ?! ».
Je bredouille un « non non, c’est une technique pour qu’ils me cuisent ma viande vous voyez… » (je tente de m’en sortir comme je peux).

Papam me dit que non, on ne peut leur mentir comme cela, ça ne se fait pas, trop tard, il faut leur annoncer.

Alors on leur dit comme ça, alors que je suis à à peine deux mois.

J’attends un bébé mais pour l’instant, on n’est pas sûrs que tout va bien aller.
Il faut faire des examens pour vérifier et patienter.
Parfois, les bébés ne restent pas, c’est triste mais c’est comme ça.

Ils nous écoutent attentivement et semblent bien comprendre.
Cela paraît assez concret pour eux.
Ils me demandent des dates, le moment où l’on sera rassuré, celui où le bébé devrait arriver.

Lop’s dit: « j’espère que c’est une soeur, parce que sinon tu peux le rendre. »
Dot’s a les yeux qui brillent et ça me fait battre le coeur.
Petit Colis me fixe et répéte: « C’est vrai, tu as un bébé dans ton ventre, il va bientôt venir le bébé ? ».

Nous n’avons pas du tout annoncé les choses comme nous l’aurions imaginé.
Un peu trop tôt, un peu n’importe comment mais ce n’est pas ce qui compte pour les enfants.

Ils ont continué à grignoter leurs frites et à se chamailler.
On s’est regardés un peu émus avec Papam, ils savaient.