Mères et belles-mères doit-on choisir son camp?

Mères et belles-mères doit-on choisir son camp?

187
2

J’ai remarqué que souvent, il y a deux camps . Celui des mères et celui des belles-mères.

Lorsque je rencontre une maman, je ne dis que mon mari a des enfants que si nécessaire, de peur de devoir aller à l’affrontement, de peur de ce regard, un peu méprisant qu’on m’a si souvent lancé.

La belle-mère a le beau rôle, la belle-mère est méchante. Dans l’autre camp c’est la mère qui est l’objet des ressentiments.

Alors on doit forcément choisir? On ne peut chercher à se comprendre? Nous ne sommes pas des personnes avant tout?

  » C’est facile pour vous, vous ne gérez pas le quotidien, vous n’avez que les bons moments. »

Nous, ce quotidien là, on aimerait bien le connaître parfois, surtout le papa. Parce que lui aussi aimerait faire la sortie des classes, connaître la maîtresse , les copains, avoir le récit de la journée, du menu de la cantine et lire une histoire le soir. 
Se contenter de signer le cahier de liaison de temps en temps, ce n’est pas toujours suffisant.
Parce qu’on a souvent l’impression qu’ils sont de passage, en transit et que « à quoi bon, puisque ce n’est pas vraiment nous qui prenons les décisions ».

Il n’empêche que malgré tout, je suis aussi une maman. Une maman qui pense à ces mamans qui voient partir leurs enfants plus ou moins longtemps avec le coeur serré. Obligées de les laisser vivre avec une inconnue en espèrant qu’elle saura s’en occuper correctement. Espérer que tout se passera bien.
 Je pense à ma façon de réagir si c’était mon petit colis que je laissais partir et à mon manque de lui. Je sais que ce sont vos enfants et que ce n’est pas si évident.

Alors, je n’ai pas de camp.

Parce que le dimanche soir, la maison qui est étrangement vide et silencieuse , je sais que vous connaissez.
Le jeu oublié dans un endroit incongru qui nous fait un petit pincement au coeur, je sais que vous connaissez.
La chambre vide, la distance, le manque, rater certaines premières fois, je sais que vous connaissez également tout ca.

Quand je suis en colère, quand je la déteste, quand je la trouve injuste, j’essaie de le garder en tête…
Et je n’y arrive bien sûr, pas souvent… 

2 commentaires

  1. je te rejoins assez …je suis maman et belle maman depuis bientôt 10 ans…des fois c'est moi qui souffre d'être "seulement" la belle maman car je l'aime comme si c'était le mien ce petit bonhomme…

  2. Ce n&#39;est pas toujours évident à gérer en effet. Souvent on me dit &quot;mais toi tu n&#39;en as qu&#39;un&quot;. Oui, je n&#39;ai qu&#39;un fils mais mes beaux enfants comptent aussi, même si je le sais, ce ne sont pas les miens… <br />

Laisser un commentaire