J’ai terminé la préparation à l’accouchement hier et effectué ma dernière consultation avec la sage-femme.

Celle-ci m’a alors demandé, pour conclure, si je me sentais prête et s’il y avait des choses qui m’angoissaient.

J’y ai réfléchi un peu et j’ai réalisé qu’encore plus que le fait d’accoucher, ce qui est, malheureusement, un passage obligé.
Ce qui m’inquiète, c’est savoir comment cela va se passer pour les enfants durant mon accouchement .

Quand on n’a pas de famille à proximité, les choses sont bien plus compliquées à gérer et anticiper.

Pour Petit Colis, déjà, je l’avais plutôt mal vécu.

Accouchement prévu en plein été, le 14 aout.
Les deux grands étaient là pour 15 jours et repartaient une semaine avant la date de mon terme chez leur maman.

La plupart de nos amis étaient en vacances et l’EX-la-maman-des-enfants, n’a jamais proposé de les récupérer en cas d’urgence.
Je lui en ai beaucoup voulu et j’ai eu vraiment peur de devoir accoucher sans Papam.
Je me suis dit que quand même, dans une circonstance pareille, c’est quelque chose que l’on peut proposer…

Je craignais également qu’il ne soit pas disponible pour m’accompagner et rester à la maternité les jours suivants, devant s’occuper de ses enfants.
J’avais le sentiment qu’on me volait quelque chose et que même pour un évènement aussi important, je devais encore me sacrifier.

Heureusement, Petit Colis a joué les prolongations et est arrivé comme une fleur, sans se presser, 4 jours après terme et nous avons pu profiter sereinement de nos premiers moments.

Cette fois encore, se pose la question de l’organisation.
L’EX-la-maman-des-enfants a été un peu plus conciliante et a dit qu’en cas d’accouchement un vendredi par exemple, nous intervertirions les week-ends.
Maintenant qu’elle réside à 1h de la maison, elle ne pourra cependant pas récupérer les enfants en cas d’urgence, d’autant qu’elle n’est pas véhiculée.
De toute façon, il y aura tout de même Petit Colis.

Nous avons ma grand-mère qui reste aux aguets et à qui nous pourrons déposer les enfants en cas d’urgence mais qui ne pourra pas les garder trop longtemps car c’est pour elle, très fatiguant.
J’ai fait une liste d’amis qu’on peut contacter mais qui travaillent souvent la journée et que je ne veux pas déranger.

Papam qui travaille à plus d’une heure de la maison et qui devra sauter dans un train pour arriver à temps.
Trouver quelqu’un pour éventuellement m’amener à la maternité.
Autant vous dire que j’ai intérêt à être sûre de moi avant d’alerter tout le monde.

Ma voisine qui est sage-femme m’a dit que je pouvais toujours sonner chez elle, qu’elle avait déjà accouché une dame dans sa cuisine, c’est une solution comme une autre…
Au moins, pas d’enfants à caser, juste le risque de légèrement les traumatiser…

Je sais que quel que soit ce que l’on aura prévu, cela se passera sûrement différemment.
Je pense que je préférerais accoucher seule et rapidement que revivre l’interminable attente de mon premier.
Facile à dire lorsqu’on ne l’a pas vécu sûrement…
Tant que je sais mon grand en sécurité et pas inquiet, je sais que pour moi, cela ira.

À un peu moins d’un mois de mon terme, nous nous tenons tous prêts.
Les grands qui seront présents cette semaine vont être briefés sur un éventuel départ en catastrophe. Papam est à la maison avec nous, ce qui simplifie les choses.

Pour les autres semaines, nous verrons au fur et à mesure.
Peut-être que la dernière écho que je ferai dans deux semaines pour vérifier l’évolution du bébé forcera les médecins à me déclencher.
Peut-être que tout va très bien s’enchaîner, ou pas !
Au pire, cela fera des anecdotes à raconter !

Et vous ?
Cela a été compliqué de vous organiser lorsque vous avez accouché ?
C’est quelque chose qui vous a angoissé ?